Limites des tests de personnalité

Les limites des tests de personnalité

 

« Ne confondez pas ma personnalité et mon attitude. Ma personnalité est qui je suis, et mon attitude dépend de qui vous êtes et de comment vous vous comportez ici et maintenant»

Quelques définitions

Cette citation connue souligne ce qu’on appelle couramment en psychologie, l’erreur fondamentale d’attribution. Le comportement d’un individu dépend de 2 éléments principaux ; sa personnalité et les contraintes de la situation dans laquelle se situe l’action.

La personnalité est une intégration stable dans le temps et individualisée d’un ensemble de comportements, d’émotions et de cognitions.

Le tempérament correspond plus à la partie génétique, innée de la personne.

Les troubles de la personnalité sont en continuité avec la personnalité normale dont ils exagèrent et rigidifient les traits.

L’attitude va se définir plus comme un état mental prédisposant à agir d’une certaine manière. Il s’agit d’une construction hypothétique.

L’identité est un concept différent de celui de la personnalité. La personnalité sert à cerner les caractéristiques de la personne de l’extérieur, tandis que l’identité concerne la manière dont la personne se définit elle-même. On parle de concept de soi (Maslow, Rogers, Bandura…)

Le comportement, c’est ce que les autres observent chez un individu. Mais seules les fortes personnalités font ce qu’elles disent et disent ce qu’elles font en toutes occasions, au risque d’affronter les tensions qu’elles ne manquent pas de rencontrer.

L. Festinger émet l’hypothèse que l’individu, tiraillé par ses contradictions entre attitudes et comportement notamment, se trouve souvent en état de « dissonance cognitive ».

Le caractère est la part apprise (consciente) de la personnalité. Il correspond à la prise de conscience, le concept de soi et l’apprentissage abstrait. Le concept de soi correspondrait à l’autodétermination, la coopération et l’autotranscendance.

Plusieurs écoles de pensées

Pour la psychologie behavioriste, la personnalité est issue d’un apprentissage par expérience.

La psychanalyse utilise plus volontiers la notion de personnalité normale ou pathologique et qu’un type de personnalité est associé à certains mécanismes de défenses (refoulement, déplacement, projection…).

Les nouvelles approches de psychologie cognitive (TCC, …) se centrent sur la notion de schéma cognitif comme base de la personnalité.

Raymond Cattell (1950…) considère la personnalité comme un système en relation avec l’environnement. Ces traits sont souvent déterminés par les gènes, mais ils sont modifiables par l’apprentissage. Cattell souligne qu’une théorie de la personnalité doit tenir compte de la motivation et des comportements. Cattell est surtout connu pour son échelle d’évaluation de la personnalité, le 16PF, à la base du Big 5.

Les tests de personnalité

La notion de personnalité ne désigne pas l’humain concret, mais représente une construction, une représentation. Cela peut se faire soit à travers l’étude des comportements par autrui, soit le plus souvent à travers des questionnaires d’auto-évaluation.

Cette méthode est critiquable car les réponses à un questionnaire peuvent être influencées par la désirabilité sociales des réponses et la tendance à l’acquiescement (choisir plutôt « vrai » plutôt que « faux »).

3 modèles ont été proposés pour décrire et classer les personnalités

Les modèles dimensionnels fondés sur la notion de continuum entre personne normale et pathologique et étudiés par l’analyse factorielle des regroupements de traits de personnalité. C’est la conception statistique de la personnalité. On parle de psychométrie, des tests du Big 5 (ou NEO ou OCEAN), de l’HEXACO (évolution du Big 5). C’est l’approche scientifique par excellence, qui permet de déterminer de nouvelles lois sur la nature humaine. Bien que le Big 5 puisse différentier les groupes normaux des groupes de patients névrosés, il ne différentie pas entre les divers troubles de la personnalité. Ces tests sont surtout utilisés par les chercheurs et par l’industrie (orientation, recrutement…).

Les modèles catégoriels vont permettre justement de valider des types de personnalité, et grâce à un seuil défini, effectuer des études épidémiologiques, biologiques et thérapeutiques. C’est l’approche du DSM 5 (classement mondial des troubles mentaux), du fameux MBTI (le test le plus effectué au monde) ou de l’ennéagramme avec des typologies basées sur des catégories. Jung développa une classification en huit types basée sur la notion extraverti / introverti. C’est base là que reprend le MBTI.

Enfin le modèle structurale s’intéresse lui avant tout au fonctionnement de la personnalité normale ou pathologique. C’est l’approche par exemple utilisée en psychanalyse.

La limite des modèles

Chaque modèle ou approche a ses forces et ses faiblesses.

Comme indiqué précédemment, le modèle dimensionnel est une approche statistique, et donc peu discriminative d’un point de vue individu, en dehors de la probabilité.

A l’inverse, l’approche catégorielle  est individualisée. Elle va mettre l’individu dans une case (DSM, MBTI, Ennéagramme, process com…). Elle est très critiquée (par nos scientifiques) de nos jours. Effectivement les gens diffèrent sur une dimension continue. Par exemple si l’on considère l’axe extraverti/introverti, ou dominant/passif, la plupart des gens convergent vers le centre du continuum et non vers les extrêmes. En d’autres termes une personne très peu extravertie, proche du seuil, sera beaucoup proche d’une personne faiblement introvertie que d’une personne très extravertie.

De plus les typologies soulignent certaines caractéristiques, en ignorent d’autres et ne font pas cas des influences environnementales et de l’interaction entre situations et réactions. Avec une exception pour l’ennéagramme, qui est une approche dynamique et situationnelle.

De son côté, l’approche structurelle est avant tout une théorie de la motivation inconsciente, et selon elle, les bases de la personnalité sont à rechercher à la fois dans les pulsions sexuelles et les avatars historiques de leur refoulement. A ma connaissance, il existe peu d’auto-tests en approche structurelle. Citons les mécanismes de défense du moi, ou le test du locus de contrôle (faire le test).

Un faux débat ?

Au final, les tests sont des outils. Ce qui va les distinguer ce sont leurs utilisations.

Effectivement si pour la recherche la méthode dimensionnelle est nécessaire, ses applications dans la vie courante se rapprochent plus de la méthode catégorielle. La notion de continuum, qui est un argument majeur des défendeurs des tests psychométriques, permet une segmentation plus fine. Si l’on différencie un axe en 7 niveaux (trait plus ou moins développé), on pourra décrire 118 000 sortes de différentes personnes dans une approche à 6 facteurs comme l’Hexaco (16 857 pour le Big 5). Mais au final, cela revient bien à une approche catégorielle.

L’industrie du recrutement ou de l’orientation ne s’embarrasse pas de cette diversité et va avoir besoin d’une réponse binaire. « La qualité extravertie d’une personne va correspondre à un poste de commercial ou de management !!».

Les qualités d’un test

Nous avons vu aussi précédemment que les personnes ont tendance à répondre « oui » aux questionnaires. Pour avoir un bon test il sera alors important d’avoir autant de questions dans un sens que dans l’autre.

Il sera aussi important d’avoir des tests qui permettent une graduation des réponses et qui ne se limitent pas à une réponse binaire « oui » ou « non ».

L’exactitude d’un auto-questionnaire dépend aussi de la bonne connaissance de la personne de ses comportements, de ses pensées et ressentis. Et bien sur il faut que la personne soit d’accord de partager ces comportements, pensées et ressentis.

Que ce soit en clinique ou en développement personnel, bien souvent, la personne n’a pas conscience de ses faiblesses. G. kelly (1955) parle de constructions bipolaires (bon/mauvais, juste/faux…) avec un pôle émergent facile à percevoir, et un pôle implicite que la personne est le plus souvent incapable de nommer ou de symboliser.

Le contexte du questionnaire (un recrutement par ex.) va aussi conditionner les réponses du répondant.

Un test théoriquement ne doit pas porter de jugement. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises personnes, ou réponses. Les tests de personnalité et les tests psychométriques font ressortir des catégories ou des traits qui peuvent être adaptés ou non à une situation.

L’utilisation de tel ou tel test va dépendre de votre objectif

Si vous êtes un chercheur et que vous voulez déceler des lois générales à propos de la personnalité, alors une approche nomothétique est conseillée si ce n’est obligatoire. L’approche nomothétique est caractéristique du modèle dimensionnel (Big 5…). Le chercheur étudie certains traits de la personnalité d’un grand nombre de personnes. Il utilise des outils standardisés qui permettent la comparaison des études entre chercheurs dans le monde entier. Ces outils doivent être statistiquement validés  et l’analyse factorielle est la méthode de choix.

Mais si vous voulez mieux connaître une personne, l’approche catégorielle est plus pratique. Pour un clinicien, un test peut l’aider, dans certains cas, à identifier le trouble de la personnalité en cause. Pour du développement personnel, la typologie de certains comportements permet d’aller à l’essentiel et de faire ressortir des caractéristiques que l’on a pas toujours envie d’entendre ou de voir. Mais c’est bien la définition du développement personnel.

Attention à l’effet Barnum (biais de validation subjective). Toute personne a tendance à se reconnaître dans une description vague de sa personnalité. D’où la difficulté pour certaine personne de s’identifier dans telle ou telle typologie. Ou à l’inverse de se retrouver dans toutes les typologies proposées. Ou pour des personnes mal intentionnées d’exprimer ce que vous avez envie d’entendre.

Attention aux amalgames. Il ne faut pas confondre l’outil (les tests et les théories attenantes) et l’utilisation qui peut en être faite. Milivudes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte conte les dérives sectaires) recense les dérives sectaires pour protéger la population. Mais des approches comme l’analyse transactionnelle, pourtant utilisée en psychothérapie, se retrouve taguée avec une image négative.

Quel test choisir ?

Quel est votre objectif ?

  • Si vous souhaitez un feed back positif et être valorisé, le MBTI est le test de choix. Ce n’est pas un hasard si c’est le test le plus effectué au monde.
  • Si vous souhaitez un feed back neutre, donc qui fait aussi ressortir des points négatifs, l’ennéagramme (base de 9 types de personnalité) ou le process com (6 types) sont tout à fait adaptés.
  • Si vous souhaitez mettre en exergue une facette de personnalité particulière (estime de soi, affirmation de soi, mes besoins fondamentaux…) ou un état (Stress, burnout…) des tests psychométriques validés sont performants. Mais il n’y aura pas de commentaires sur votre personnalité en général.
  • Si vous souhaitez vraiment mieux vous connaître, alors cela nécessite du temps. Un passage obligé sera le feed-back d’autrui afin de comparer votre vision de vous-même (votre identité) à celles qu’ont vos proches de vous-même (360°). C’est le seul moyen d’identifier les points d’amélioration qui sont par définition inconscients à votre esprit.
  • En dernière étape, si vous vivez un mal être, il peut être utile de voir un spécialiste (psychothérapeute, coach…) qui va vous permettre de travailler sur vos croyances inadaptées ou trop rigides.

Il ne faut jamais oublié que notre regard sur nous-même, est tantôt trop indulgent, tantôt implacable, et donc il est rarement juste !

Notre opinion

Personnellement, l’ennéagramme est le meilleur outil  dans un objectif de développement personnel ou professionnel. C’est un outil simple d’utilisation et pragmatique. Son côté dynamique ne vous enferme pas dans une catégorie car il est situationnel. En d’autres termes, nous avons des traits qui vont s’exprimer dans telle ou telle situation, sur la base de schémas cognitifs bien identifiés.

L’analyse transactionnelle est un outil de compréhension de la communication interpersonnelle aussi très performant. Sur des bases de la psychanalyse (Moi, surmoi et le ça), elle permet de mieux conceptualiser nos interractions avec les autres. Son dérivé le Process Com est excellent.

Les approches psychométriques restent scientifiques et il est très difficile de les utiliser dans le quotidien sans être dans un cadre catégoriel.

Notre enquête de satisfaction sur nos tests font ressortir qu’un des points d’amélioration est de plus personnaliser nos rapports. Les attentes de nos visiteurs sont que nous les aidions à mieux se connaître. Ils souhaiteraient une sorte de révélation sur ce qu’ils sont. Mais la vérité est que le développement personnel comme son nom l’indique reste une démarche personnelle. Si nos tests peuvent relativement efficacement ressortir certains de vos traits, nous dépendons de vos réponses, de votre connaissance intime, de votre ouverture pour mieux vous connaître, mais surtout du contexte. Un trait de personnalité ne peut être exploité que dans un contexte. Ce contexte vous appartient. Les limites des tests de personnalité sont avant tout la réponse à une question; êtes-vous prêt ? Jusqu’ou ?

Les limites des tests de personnalité sont en conclusion leurs utilisations.

Les auto-évaluations et les évaluations par observateur peuvent prédire le comportement avec un niveau de validité modéré. Le questionnaire doit donc rester un outil complémentaire, source de discussions et d’investigations.

Mais l’auto-test reste un très bon outil d’investigation personnelle. Cela nécessite 2 conditions :

  • Pour comprendre les dimensions psychologiques, il faut accepter que nous sommes tous différents, tout en restant quelque part pareils.
  • Ne sauront « sauvées » que les personnes qui ont déjà, pour une bonne part, décidé d’elles-mêmes de changer.

 

Dans tous les cas, les tests proposés par des personnes non professionnelles (psychothérapeute, coach agréé…) doivent être considérés comme des outils de développement pédagogiques. Dans un cadre juridique ou médical, seuls les personnes habilitées (et ce n’est pas le cas de C5s ou @Prisme) doivent être approchées.

Pour en savoir plus sur la personnalité, commandez ces livres sur Amazon

 

Laisser un commentaire

Glossaire

ACC:

Approche Cognitive et Comportementale. Comme pour la PNL, il n’y a pas de test sur ce site. Ces approches étant des approches de coaching ou de thérapies. Mais ces théories largement répandues et reconnues aujourd’hui influencent les tests (leur composition) et leur lecture. Les techniques d’entretien (4R (re-contextualiser, reformuler, résumer, renforcer), discussion socratique (croyance, conséquences et alternatives), ..), l’auto-observation (journal quotidien), la résolution des problèmes, l’exposition, la restructuration cognitive (Théorie Implicite de la Personnalité), l’ADS, la relaxation et la pleine conscience. Pour en savoir plus la liste des ouvrages ou le site web formation TCC.

ADS:

Affirmation de soi et assertivité. Joseph Wolpe a défini le comportement assertif comme l’expression libre de toutes les émotions vis-à-vis d’un tiers à l’exception de l’anxiété. L’affirmation de soi n’est donc pas une qualité de la personne, mais un comportement, un axe de conduite qui se travaille et s’apprend. On ne parle donc pas de personne affirmée, mais de comportements affirmés. L’ADS est un mode de communication qui se définit également par opposition à 3 comportements inadaptés: l’agressivité, l’inhibition et la manipulation qui est un comportement agressif déguisé (volontaire ou non) et qui correspond souvent à une stratégie d’évitement de la confrontation directe, de conflit. En d’autres termes, reconnaître ses droits et ceux des autres.

Analyse Transactionnelle (AT):

textes et tests tirés de Laurène Genain et Martine Lerond, diplomées d’études supérieures specialisées en psychologie du travail. Tous les psychologues se rejoignent pour affirmer que la personnalité de chacun est déterminée au cours de la petite enfance. L’AT est un outil de connaissance qui vous permettra de mieux comprendre votre personnalité et d’identifier les problèmes qui vous sont propres dans le domaine relationnel. accéder aux différents tests pour identifier votre Egogramme, votre position de vie etc…

Egogramme: (Faire le test)

l’homme peut être mieux compris si nous acceptons de diviser notre personnalité en trois parties appelées les 3 Etats du Moi: Parent (reflet de l’éducation), Adulte (pensée logique) et Enfant (souvenir de plaisir et déplaisir). L’idéal est de faire intervenir chacun à leur tour les 3 Etats, approprié aux situations. Quel Etat du Moi vous solliciter le plus fréquemment ?

Strokes:

ou besoin de reconnaissance (énergie mobilisée pour être reconnu par son entourage). Il n’y a rien de plus insupportable que l’indifférence ou l’ignorance. Les strokes (positifs ou négatifs) sont les intentions que nous manifestons à l’égard d’autrui. Nous pouvons accepter, refuser, donner ou demander des strokes. Mais savez-vous les reconnaître ?

Positions de vie:

le mode de relation que nous établissons avec les autres est conditionné par l’image que nous nous faisons d’eux et de nous mêmes. En fonction de cette représentation, nous adoptons certains comportements. Si l’on est par exemple fier de soi (OK+) ou au contraire honteux (OK-). L’AT distingue 4 positions de vie: OK+/OK+, OK+/OK-, OK-/OK+, OK-/OK- (Soi/l’autre). Quelle est votre position préférentielle ?

Gagnant / Perdant:

nous pouvons distinguer 2 manières de se comporter face aux situations qui se présentent à nous: nous pouvons estimer que nous nous en sommes toujours sortis dans la vie et nous placer comme un gagnant; au contraire, nous pouvons constater que nous avons jusqu’alors eu peu de chance et nous nous considérons plutôt comme un perdant. Quelle est votre manière dominante ?

Emotion dominante:

4 grandes émotions caractérisent la personnalité de chacun: la peur, la colère, la tristesse et la joie. Quelle émotion éprouvez-vous le plus fréquemment ?

Drivers:

les drivers sont des messages contraignants (des croyances, des injonctions implicites) qui influencent inconsciemment notre comportement depuis notre enfance. Chacun d’entre nous possède un ou deux drivers dominants. Ces drivers ont des avantages et des inconvénients. Les drivers peuvent devenir tyranniques à l’âge adulte s’ils deviennent compulsifs et engendrent de la dévalorisation, des frustrations, de l’incompréhension. Les 5 drivers: Sois parfait, fais-moi plaisir, fais un effort, dépêche-toi, sois fort.

Bien Etre:

psychologique; échelle de Ryff – voir Psychologie positive ci-dessous

Burn Out:

personne n’est à l’abri du Burn Out: insécurité de l’emploi, compétition à outrance, pénibilité du travail, vie familiale et vie sociale précaires, voilà autant de facteur déclencheurs, d’épuisement physique et psychique. Etes-vous un candidat potentiel au Burn-Out ? (test tiré du Dr Christian Stock).

(Satisfaction de vie de) Diener: ce test a été réalisé par le psychologue américain Ed Diener qui a développé un modèle postulant le bien être subjectif (bonheur). Il s’agit d’une évaluation globale de la qualité de vie selon les propres critères de la personne. Attention, une évaluation adéquate du bien être devrait inclure des composantes affectives (tel la PANAS).

(Niveaux Logiques de) Dilts: ou la recherche des contradictions. Le modèle des niveaux logiques a été formalisé par Robert Dilts. La PNL l’a inclus à sa pratique. ce modèle permet de faire dans un contexte donné des distinctions entre des informations qui sont à des niveaux logiques différents. Par exemple si quelqu’un n’a pas confiance en lui, le problème se situe au niveau de ses croyances. ce n’est pas au niveau des comportements qu’il réussira. Il y a 6 niveaux formalisables par des questions. Environnement (Ou et Quand), comportement (Quoi), capacités (Comment), croyances (Pourquoi), identité (Qui) et spirituel (Qui d’Autre ou le Sens).

Ennéagramme:

popularisé dans les années 1970 du courant de la psychologie humaniste, l’ennéagramme est une méthode de développement personnel. Cette méthode ne propose pas seulement d’aborder la dimension interpersonnelle, mais vient placer la motivation au premier plan dans la relation. La motivation, alors qu’elle est exclue de l’interprétation factorielle ordinaire de la personnalité (méthode mathématique expérimentale, spécialement employée en psychologie), est ici la condition sine qua non d’une vision embrassant autant la réalité individuelle que la réalité sociale. Cela donne une typologie dynamique et pas statique. Sa marque de référence est la simplicité et la symétrie, donc facilement abordable et applicable, mais la différentiation interne est complexe et puissante pour ceux qui veulent creuser. (propos de Naranjo et test de J. Ph. Vidal). Pour en savoir plus.

LIR:

3 dimensions de la personnalité (tiré de Jean Cottraux – Psychiatre du CHU de Lyon) qui apparaissent de façon privilégiée dans les scénarios de vie; la logique (pensée magique), l’impulsivité (/l’autocontrôle) et la relation de dépendance (/autonomie). Ces 3 dimensions sont fréquemment retrouvées au cours des thérapies cognitives. ce modèle rappelle fortement les 3 cerveaux de Mc Lean ou les trois centres de l’Ennéagramme.

Management du temps:

le thème de la priorisation est l’un des thèmes essentiels en matière de gestion du temps. Une technique souvent préconisée pour cela est la matrice d’Eisenhower, qui doit son nom au général américain. Savoir identifier ce qui est important ou peu en fonction de ce qui est urgent ou pas. Nous nous occupons trop souvent de choses sans importance et qui pourraient attendre (les mangeurs de temps) et nous déléguons trop peu.

PNL:

Sur ce site pas de test de PNL. La PNL comme l’ACC n’étant que des bases de compréhension de nos comportements et schémas cognitifs. Les propos suivants sont tirés de Romillia Ready et Kate Burton, respectivement maître praticien de PNL et coach et formatrice en PNL. La Programmation Neuro Linguistique ou PNL est une théorie de l’apprentissage dépendant de notre représentation sensorielle (input) et du Langage (output). Ne sommes nous pas responsable de notre communication ? Née en 1970, la PNL influence toujours de nombreuses disciplines et les tests de personnalité.  Quelques adages de l’approche PNL: Si vous faites toujours ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez toujours ce que vous avez toujours obtenuLa carte n’est pas le territoire. Les gens sont bien plus que leurs comportements.

Psychologie Positive:

la psychologie positive en tant que thérapie doit être pratiquée par un spécialiste. Le site du Dr Charly Cungi et du Dr Jean Cottraux est une très bonne source d’information. Dans tous les cas, si vous pensez faire un Burn Out, une consultation médicale s’impose. Autrement, le modèle DDRAMA (échelle de Ryff) permet d’évaluer le niveau de bien être d’une personne: Donner du sens à la vie, Développement personnel (ouverture aux nouvelles expériences), Relations positives avec les autres, Autonomie (se faire confiance), Maîtrise de l’environnement (faire des choix, accepter la complexité, en accord avec ses besoins et valeurs), Acceptation de soi.

QI:

Quotient Intellectuel et aptitudes. Tests tiré de Nicolas Conti, psychosociologue. A la frontière des tests d’intelligence, les tests d’aptitudes sont destinés à évaluer un niveau de connaissances générales et/ou de performance (mémoire de travail, vitesse de traitement de l’information, raisonnement perceptif). En conclusion, les tests d’intelligence (QI) sont destinés à évaluer votre niveau d’intelligence générale (raisonnement, logique, intelligence verbale, raisonnement numérique). Néanmoins ces tests comportent des tests audio et video que vous ne trouverez pas sur ce site (aujourd’hui).

QE:

Quotient Emotionnel. Evaluez votre rosace émotionnelle. Les émotions sont notre langage commun. En effet, aujourd’hui, pour réussir, nos capacités à gérer nos émotions comptent autant qu’un QI élevé et des compétences techniques. Dans ces conditions, c’est l’intelligence des rapports sociaux qui fait la différence. Comment acquérir plus de confiance en soi, s’affirmer, écouter, comprendre les réactions d’autrui, résoudre les conflits, développer son autonomie. Test et propos tirés du livre d’Isabelle Filliozat, psychologue.

Roue de la vie:

la roue permet de visualiser pour différents domaines si vous avez une vie équilibrée. Il s’agit généralement des notions suivantes: carrière professionnelle, finances et argent, amis et famille, loisirs et détente, couple et amour, … On le sait intuitivement, mais l’exprimer et le visualiser est encore mieux.

Spirale dynamique:

Avant tout, nous ne proposons pas de test sur ce site à ce jour. En ce qui concerne cette théorie, elle est avant tout sociale. En effet, dans un monde ouvert où circulent sans cesse personnes et informations, notre épanouissement et nos accomplissements dépendent de plus en plus de notre capacité à comprendre les cultures et les systèmes de valeur des autres. La spirale dynamique permet aux individus de mieux apprécier leurs différences, aux entreprises de manager le changement. (voir la Spirale Dynamique de F et P Chabreuil)

Stress:

un rien vous excède ? Evaluez votre niveau de stress et l’ensemble des facteurs qui le favorise (stresseur). Ce test est adapté de deux échelles spécifiques proposées et validées par le Dr Charly Cungi. Attention, certains tests sur le web intègrent un test de bien être dans leur test, ou un équilibre de vie (alimentaire, ..). D’autres sites, quelques soient vos réponses, vous indiqueront toujours la même réponse « danger, vous êtes en stress ». A savoir.

stress et vulnérabilité

360°:

Somme toute, vous croyez connaître vos principales qualités et vos plus grands défauts, mais qu’en pensent vos proches ? Ont-ils la même image de vous que vous-même ? Ainsi notre regard sur nous-même, tantôt trop indulgent, tantôt implacable, est rarement juste ! Certaines facettes de notre personnalité nous échappent toujours. A cet effet, dans un cadre professionnel, le 360° est conçu pour évaluer vos compétences par les personnes qui vous connaissent et qui travaillent avec vous. C’est un véritable éclairage sur la façon dont vous êtes perçu et vous aidera à progresser tant sur le plan personnel que professionnel.

 

Les approches A3,  SWOTManagement, ChangementLeadership et Performance s’inscrivent dans une approche Business Professionnelle et ne sont pas développées sur le site @Prisme. Pour en savoir plus nous contacter.