Test du profil amoureux de votre partenaire

Test du profil amoureux de votre partenaire

6 juillet 2023 coaching 0

Ce test du profil amoureux révèle le style d’attachement de mon partenaire.

Test du profil amoureux de mon partenaire (T5)

Ce test a été développé par IEL (Institut Ennéagramme de Lyon) à partir de la théorie de l’attachement (Bowlby, 1969), et de son extension aux relations amoureuses (Hazan & Shaver, 1987; Levine & Heller, 2010).

0
Nombre d'items
0
Temps (mns)

Décrypter le style d’attachement des gens est un nouvel outil pour naviguer dans les relations intimes afin d’atteindre une plus grande sécurité à toutes les étapes de la relation amoureuse ; les rencontres, les relations en cours ou même pour donner un sens aux relations passées.

Craquer le code. Quel est le style de mon partenaire ?

Quel(le) amoureux(se) est votre partenaire ?  Quel est son profil affectif ? Ces questions ne sont pas anodines, que l’on rencontre un(e) nouvel(le) amoureux(se) ou que l’on vive en couple depuis plusieurs années. Etes-vous (si) compatibles ? Complémentaires ? Ou au contraire risquez-vous de rentrer dans une relation instable voire toxique ? Quel est le style de votre partenaire ?

Comprendre le style d’attachement des autres est généralement plus délicat que d’identifier le vôtre. Ainsi, lorsque vous venez de rencontrer quelqu’un, il est difficile de sortir notre quiz (T1- test des besoins amoureux) et de commencer à l’interroger sur ses relations antérieures.

Heureusement, sans même le savoir, la plupart des gens donnent presque toutes les informations dont vous avez besoin pour déterminer leur style d’attachement dans leurs actions et leurs paroles naturelles et quotidiennes.

L’astuce est de savoir quoi chercher. C’est pourquoi nous avons mis en place ce quizz (T5) afin d’évaluer facilement le style d’attachement de votre partenaire.

Gardez à l’esprit que lorsque vous êtes enthousiasmé(e) par quelqu’un, votre objectivité est compromise et vous avez tendance à créer une image positive de lui (d’elle).

Mais commençons par le début. Qu’est-ce qu’un style d’attachement et à quoi correspondent les styles SECURES et INSECURES.

Théorie de l’attachement et le style SECURE

Pour comprendre ce phénomène, vous devez d’abord comprendre la théorie de l’attachement (Bowlby, 1969), l’une des théories les plus étudiées dans le domaine de la psychologie relationnelle. La théorie de l’attachement décrit comment nos premières relations avec une figure d’attachement, le plus souvent un parent, créent nos attentes quant à la façon dont l’amour devrait être.

Notre vision de nous-mêmes et des autres est façonnée par la disponibilité et la réactivité de ces figures d’attachement pour répondre à nos besoins physiques et émotionnels. Dans nos relations adultes, notre système d’attachement est déclenché par notre partenaire amoureux.

Selon la théorie de l’attachement, vous avez un style d’attachement sécure (50 % de la population) si votre figure d’attachement était réactive et disponible pour vous pendant votre enfance, vous faisant vous sentir en sécurité. Créer un attachement sécurisé (SECURE) est important pour les rencontres afin de créer une relation saine. Dans une relation sécure, votre partenaire est là pour vous et vous soutient. Si vous avez un style INSECURE (et que vous choisissez quelqu’un avec un style INSECURE), vous serez continuellement déclenché(e) et ne vous sentirez jamais en sécurité dans votre relation.

Les personnes sécures ont un modèle de relation basé sur le partage affectif et où l’autre est fiable. Le choix de leur partenaire amoureux est davantage orienté vers des personnes en capacité de s’engager dans une relation à deux, tout en conservant une certaine autonomie permettant de garder une ouverture sur le monde et notamment la vie sociale (Miljkovitch, 2009).

Styles INSECURES

Si à l’inverse votre figure d’attachement pendant votre enfance n’était pas présente pour vous ou au contraire trop présente, alors vous pouvez exprimer un style d’attachement dit insécure. Un style d’attachement INSECURE se manifeste de trois manières principales.

 

Soit un attachement anxieux (préoccupé) : 23 % de la population

Cet attachement se développe lorsqu’une figure d’attachement a été incohérente dans sa réactivité et sa disponibilité, déroutant l’enfant sur ce à quoi s’attendre. À l’âge adulte, cette personne développe un niveau de vigilance important quant à la disponibilité de son conjoint(e). Elle a du mal à faire confiance à son partenaire, conduisant la personne préoccupée à exercer une sur-demande d’attention de la part de son partenaire. Un partenaire secure pourra la rassurer si l’anxiété n’est pas trop envahissante. Mais si le partenaire est insécure alors apprêtez vous à vivre des montagnes russes.

 

Soit un attachement évitant (distant) : 23 % de la population.

Cet attachement se développe lorsque la figure d’attachement était négligente. Ce sont les enfants qui jouent seuls et développent la conviction que personne n’est là pour répondre à leurs besoins. En tant qu’adultes, ils se qualifient généralement de très indépendants. L’évitant a développé une théorie sur lui-même selon laquelle il n’a pas besoin des autres, ce qui lui permet de justifier son comportement. Il masque son besoin de contact (plus ou moins enfoui) par un bouclier d’estime de soi ou par la recherche d’un amour idéal qui n’existe pas. S’il ne trouve pas cette personne, ce n’est pas de sa faute.

 

Soit un attachement mixant l’anxiété et l’évitement (Craintif) : 4 % de la population.

C’est un mélange des 2 styles précédents où l’adulte a du mal à faire confiance en son partenaire et ne se fait pas non plus confiance. Comme l’évitant, enfant ses besoins n’ont pas été pris en compte. Mais au contraire de l’évitant qui a décidé qu’il n’avait pas besoin des autres, le craintif pense que quelque chose en lui suscite le rejet, ce qui le pousse à fuir l’intimité d’une relation qui viendrait révéler ses défauts. Le craintif a conscience d’avoir très envie d’intimité relationnelle mais il est terrifié lorsqu’une telle situation se présente. Cette peur se traduit par une prise de distance aussitôt que la proximité devient trop menaçante.

Les sites de rencontre et des célibataires …. souvent évitants

En ce qui concerne les relations amoureuses, les personnes sécures ont moins tendance à avoir recours aux rencontres en ligne et sont proportionnellement moins présentes sur ce type de site que dans la « vie réelle » (Moreno, 2009).

A l’opposé, les personnes ayant un style d’attachement craintif se montrent plus satisfaites de ces relations occasionnelles (Ye, 2007).

Si dans la population on peut observer 50% de personnes dites SECURE (Levine A., 2010), sur le net ce pourcentage diminue parmi les surfeurs.

Nous (IEL) avons étudié sur 4 ans (juin 2019- juin 2023) le style d’attachement de 547 personnes surfant sur le net avec les mots clefs de recherche Google ou autre, « relations de couple ». L’âge moyen était de 38 ans (16 à 70 ans). 80 % étaient des femmes.

Le % de personnes SECURES est descendu de 50 % à 26 %. Nous vous présentons ci-dessous les résultats en fonction de l’âge, du sexe et de l’année (impact Covid ?).

Répartition en % de 547 personnes en fonction de leur style d’attachement et de l’âge, le sexe ou l’année (IEL, fred Lacroix, 2019-2023)

D’une manière générale, il y a plus de chance de rencontrer un célibataire évitant, car les évitants rompent plus souvent. Les évitants sont plus souvent et plus longtemps sur le marché des célibataires. De la même manière, les évitants ne sortent pas ensemble car il va leur manquer le lien sentimental.

L’idéal étant bien sûr de rencontrer une personne dite SECURE. Mais nous avons tendance à être paradoxaux …

Force d’attraction

Des chercheurs (Pietromonaco P., Carnelley K.) se sont penchés sur la question de savoir si nous sommes attirés par des personnes ayant un style d’attachement particulier. En fait elles ont découvert que les évitants préfèrent les anxieux et vice-versa. Surprenant ! Pas tant que cela. Effectivement, ces styles sont complémentaires dans le besoin de chacun de confirmer que ces croyances sur les relations amoureuses sont réelles. « Je vais perdre mon indépendance » et « l’autre va m’abandonner ». Cela confirme l’évitant dans sa croyance qu’il est fort et indépendant et que l’autre veut l’attirer dans une intimité qui le rend mal à l’aise. L’anxieux est conforté dans son impression de vouloir plus d’intimité que son partenaire ne peut offrir et sa conviction que l’être cher finira par le laisser tomber. Ainsi, d’une certaine façon, chaque style est condamné à reproduire inlassablement un scénario familier.

Activation ou désactivation du système d’attachement

Chaque fois que vous percevez des messages ambivalents, votre système d’attachement se met en alerte. Mais en réalité la personne assimile son système d’attachement en état d’alerte à de la passion (les vibrations qui lui confirment à tort de l’amour). Ainsi vous vous programmez pour être attiré par ces individus qui ont le moins de chance de vous rendre heureux. Or comme nous l’avons vu, pour qu’un être humain s’épanouisse et se développe, il a besoin d’une base secure dont il tire force et réconfort.

La difficulté pour les personnes anxieuses est que le jour où elles rencontrent une personne secure, elles vont le trouver fade. Il se produit le contraire de ce qu’il se produit quand vous rencontrez une personne évitante. Avec une personne sécure, les messages confus sont exclus, tout comme la tension et le suspense. Par conséquent, le système d’attachement reste relativement calme. Comme on confond un système d’attachement en alerte avec de l’amour, on en conclut que cette personne ne peut pas être l’heureux élu, car l’alarme ne s’est pas déclenchée. On associe un système d’attachement calme a de l’ennui et de l’indifférence. A cause de cette fausse idée, vous risquez de laisser passer le partenaire parfait

En conclusion, souvenez-vous qu’il ne faut pas confondre un système d’attachement activé avec de l’amour passionné.

Modifier son style d’attachement

La bonne nouvelle c’est que l’on peut modifier son style d’attachement. Être conscient de votre style d’attachement et des choix que vous faites chez un partenaire est crucial. Vous pouvez défier vos insécurités en choisissant un partenaire avec un style d’attachement sécure et travailler à vous développer dans cette relation. En faisant face à vos peurs concernant l’amour, vous pouvez créer de nouveaux styles d’attachement pour maintenir une relation satisfaisante et aimante. Mais vous aurez certainement besoin d’un coach ou d’un accompagnant. Car un style d’attachement est tenace et a tendance à nous rassurer. Aussi n’hésitez pas à nous contacter.

 

Vous êtes coach ou accompagnant, ou un particulier, contactez-nous pour découvrir le Love Profil®, un outil de décryptage des différents styles et attitudes amoureuses de chacun. Un mix d’outils appuyés par des publications depuis plus de 20 ans.

Le Love Profil ®

Nous portons chacun en nous une façon originale et unique d’aimer. C’est le fruit de notre histoire, de nos rencontres, de notre éducation comme de notre expérience de la vie. Il existe 1001 façons d’aimer. Il existe cependant, au-delà de la singularité de chaque personne, des traits dominants, des faisceaux concordants qui dessinent les contours d’une façon d’aimer.

Love profil®

Sources

  • Bowlby, J. (1969). Attachment and loss: Attachment. (Vol. 1). doi:10.1177/000306518403200125
  • Levine, A., Heller, R. (2010). Attached. Edition Bluebird books for life
  • Moreno, A. H. (2009). Click to connect: Testing the Internet dating use and outcomes model (Electronic Theses and Dissertations). Graduate School-New Brunswick, Rutgers University, New Brunswick, New Jersey.
  • Miljkovitch, R. (2009). Les fondations du lien amoureux. Paris: Presses Universitaires de France.
  • Pietromonaco, P. R., Carenelley, K. B. (1994). Gender and working models of attachment: consequences for perceptions of self and romantic relationships. Personal relationship 1: 63-82
  • Ye, J. (2007). Attachment Style Differences in Online Relationship Involvement: An Examination of Interaction Characteristics and Relationship Satisfaction. CyberPsychology & Behavior, 10(4), 605–607. doi:10.1089/cpb.2007.9982
 

Laisser un commentaire