L’état d’esprit fixe

Tests of personality - tests de personnalité

L’état d’esprit fixe

11 mai 2019 psychologie 0

Changer d'état d'esprit.

Avoir un état d’esprit fixe ou de développement ? Carol Dweck démontre que, seuls, les capacités et le talent ne suffisent pas, mais que l‘état d’esprit a un impact capital sur la réussite de notre vie. Une personne avec l’état d’esprit fixe pense que l’intelligence est innée et ne peut changer.

« Changer d’état d’esprit » de Carol S. Dweck (Professeur à l’Université Stanford, chercheuse des plus reconnue) – 2007

 

 

Intro

Certaines personnes pensent que les qualités humaines sont gravées dans la pierre. Pour elles, vous êtes intelligent ou vous ne l’êtes pas, et l’échec signifie que vous ne l’êtes pas. Au contraire, d’autres pensent que les compétences intellectuelles peuvent être cultivées par l’effort. Non seulement ces dernières personnes ne sont pas découragées par l’échec, mais elles ne pensent même pas traverser un échec. Elles pensent qu’elles apprennent.

Quelles conséquences cela a-t-il de penser que votre intelligence ou personnalité est quelque chose que vous pouvez développer, par opposition à quelque chose qui est un trait fixe et profond ?

Dans les gènes ?

Bien sur chaque personne a un fondement génétique unique. Les gens peuvent commencer avec différents tempéraments et différentes aptitudes, mais il est clair que l’expérience, la formation et l’effort personnel les amènent à parcourir le reste du chemin.

Le point de vue que vous adoptez sur vous-même affecte profondément la manière dont vous conduisez votre vie. « J’ai vu tant de personnes animées par ce but insatiable de faire leurs preuves – en classe, dans leur carrière, et dans leurs relations ». Chaque situation réclame une confirmation de leur intelligence, de leur personnalité ou de leur caractère. Chaque situation est évaluée: est-ce que je réussirai ou est-ce que j’échouerai ? Est-ce que j’aurai l’air intelligent ou idiot ? Ou alors est-ce que je serai accepté ou rejeté ? Est-ce que je me sentirai gagnant ou perdant ?

Saviez-vous que Darwin, Michael Jordan, … ?

Saviez-vous que Darwin et Tolstoï étaient considérés comme des enfants ordinaires ? Marcel Proust, Elvis Presley, Ray Charles étaient considérés comme ayant peu de potentiel pour leurs champs de prédilection. Les premières peintures de Paul Cézanne pouvaient être assez mauvaises. La volonté de grandir et de tenir bon, même (ou en particulier) quand ça ne va pas, c’est la marque de l’état d’esprit de développement.

Nous savons que Michael Jordan a été exclu de l’équipe de son lycée. Qu’il n’a pas été recruté par l’Université pour laquelle il voulait jouer, ni n’a été retenu par les 2 premières équipes NBA qui auraient pu le choisir. Quand il a été exclu de l’équipe du lycée, il a été anéanti. Mais il a recommencé. Il avait l’habitude de quitter sa maison à 6h du matin pour aller s’entraîner avant l’école. A l’université de Caroline du Nord, il a constamment travaillé sur ses faiblesses.

 

La culture de l’effort

Pour Jordan le succès provient de l’esprit. Alors que d’autres regardent Michael Jordan, et voient la perfection physique qui l’a inévitablement mené à sa grandeur.

Pour les gens avec l’état d’esprit fixe, c’est « qui ne risque rien, ne perd rien »,

« Si au début vous ne réussissez pas, vous n’avez probablement pas la capacité ».

En fait il est surprenant de voir à quel point les gens, avec cet état d’esprit, ne croient pas à l’effort.

L'état d’esprit change la signification de l’échec

John Wooden, le légendaire entraineur de basket, dit que vous n’êtes un raté que quand vous commencez à faire des reproches. Ce qu’il veut dire, c’est que vous pouvez toujours apprendre de vos erreur, sauf si vous les niez.

Quand Enron, le géant de l’énergie, a échoué, renversé par une culture de l’arrogance, de qui était-ce la faute ? Pas de moi a insisté, Jeffrey Skilling, le PDG et génie de la maison. C’est la faute du monde et une chasse aux sorcières.

Lou Gerstner a été appelé pour remettre IBM sur pied. Alors qu’il se mettait à l’énorme tâche consistant à réviser la culture et les politiques d’IBM, le cours des actions stagnait et Wall Street ricanait. On l’a qualifié de raté. Quelques années plus tard, pourtant, IBM dominait encore le secteur.

 

« La réussite naturelle et sans effort ». Une croyance.

En fin de compte, les personnes avec un état d’esprit fixe pensent que les échecs les définissent. En tant que société nous préférons la réussite naturelle et sans effort à la réussite due à l’effort. Un rapport de chercheurs de l’Université Duke tire le signal d’alarme quant à l’anxiété et à la dépression qui règne parmi les étudiants qui aspirent à la « perfection sans effort ».

Pour eux, si tu as du talent ou des réelles capacités, tu ne devrais pas faire d’effort. L’effort c’est pour les autres, moins talentueux. En bref, le « talent né » ne demande jamais d’aide, il n’analyse pas ses imperfections et ne s’entraîne pas pour s’en débarrasser. La simple idée qu’il puisse avoir des imperfections est déjà terrifiante. « Après tout, j’ai fait tout ce qui était possible, n’est-ce pas ? ».

Les gens avec l’état d’esprit de développement, cependant, croient en une chose très différente. Pour eux, même les génies doivent travailler dur pour atteindre le succès. Au contraire, du point de vue de l’état d’esprit fixe, l’effort est réservé aux gens qui ont des faiblesses. Si votre prétention à la renommée est de n’avoir aucune faiblesse (vous êtes considéré comme un winner de naissance) alors vous avez beaucoup à prendre. L’effort peut vous diminuer.

Enron et l’état d’esprit du talent

En 2001, Enron l’entreprise par excellence, l’entreprise du futur, s’est fracassé contre un mur. A cette époque les sociétés américaines étaient devenues obsédées par le talent. Les gourous de McKinsey, la première société de consultance, insistaient sur le fait qu’aujourd’hui, le succès d’une entreprise exige l’état d’esprit du talent. Comme tout naturellement il y a des gens doués pour le sport, ils ont soutenu qu’il y avait des gens naturellement doués pour les affaires. C’était l’arme secrète, la clef pour battre la concurrence.

Enron a fait une erreur fatale : Il a créé une culture qui adorait le talent, forçant de ce fait ses employés à avoir l’air extraordinairement doués et à agir comme tels. Au fond, il les a forcés à adopter l’état d’esprit fixe. Quand les gens vivent dans un environnement qui les estime pour leur talent inné, ils ont de graves difficultés quand leur image est menacée.

Leadership

Comme le rapporte Collins dans son livre De la performance à l’excellence, un facteur crucial pour la prospérité des compagnies, est le type de leader qui mène la compagnie. Dans son étude, ce n’est pas les types truculents et charismatiques qui débordaient d’ego et de talent autoproclamé, mais les personnes modestes qui posaient constamment des questions et avaient la capacité de faire face aux réponses les plus brutales. C’est-à-dire regarder les échecs en face, même les leurs, tout en gardant foi dans le fait qu’ils finiraient par réussir.

Être un leader s’acquiert, et n’est pas inné. Et cela s’acquiert davantage par soi-même que par tout autre moyen extérieur. Tout le monde quel que soit son âge et les circonstances, est capable de se transformer.

A la question « quel est votre partenaire idéal ? »

Dans une enquête, organisée par l’équipe de Carol Dweck, les gens avec l’état d’esprit fixe ont exprimé que le (la) partenaire idéal(e) :

  • les mettrait sur un piédestal,
  • il (elle) les ferait se sentir parfait,
  • les vénérerait.

Ceux avec l’état d’esprit de développement :

  • verrait leurs défauts et les aiderait à travailler dessus,
  • les mettrait au défi de devenir une meilleure personne,
  • les encouragerait à apprendre de nouvelles choses.

Ce besoin d’apprendre de nouvelles choses, ou tout simplement de mieux comprendre peut se traduire aussi à travers le besoin de cognition. Le besoin de cognition est défini comme une tendance individuelle à réfléchir et à expliquer un événement, à la recherche de la réalité (Cacioppo et Petty, 1982).

Les états d’esprit amoureux

La route à prendre pour trouver le véritable n’est pas sans obstacle. Certaines personnes laissent les déceptions et les chagrins les marquer profondément et les empêcher de vivre d’autres relations satisfaisantes. D’autres sont capables de s’en remettre et d’avancer. Qu’est-ce qui les différencie ?

Quand nous rencontrons des gens avec des compétences interpersonnelles exceptionnelles, nous ne les considérons pas vraiment comme surdoués. Face à une relation maritale qui fonctionne très bien, nous ne disons pas que ces gens sont de brillants créateurs … de relations. Nous disons que ce sont des chouettes personnes. Ou qu’il y a une alchimie.

Les états d’esprit nous aident à comprendre encore mieux pourquoi les gens n’acquièrent pas les compétences dont ils ont besoin ou bien n’utilisent pas les compétences qu’ils possèdent. Pourquoi l’amour se transforme en champ de bataille où le conflit fait rage. Et pourquoi certaines personnes sont capables de bâtir des relations durables et satisfaisantes.

 

1+1=3

Vous pouvez avoir un état d’esprit fixe concernant 3 choses. Vous pouvez croire que vos qualités sont fixes, que les qualités de votre partenaire sont fixes et que les qualités de la relation sont fixes. Qu’elle est en elle-même bonne ou mauvaise, prédite par le destin ou contre nature. Toutes ces choses peuvent faire l’objet de jugement.

Quel est donc le problème avec l’état d’esprit fixe ? Il y en a 2.

voir l’article sur « oser la vie à deux: 1+1=3« 

1. Si vous devez y travailler, c’est que ce n’est pas naturel

« Tu sais, cool, laissons faire les choses naturellement ». 

Un problème réside dans le fait que les gens avec l’état d’esprit fixe s’attendent à ce que tout ce qui est positif se produise de lui-même. En effet, ils ne s’attendent pas à ce que les partenaires fassent des efforts pour s’aider à résoudre leurs problèmes ou à acquérir des compétences. Ils considèrent ne pas devoir en faire non plus. Ils s’attendent à ce que ceci se produise comme par enchantement, grâce à leur amour.

 

Max et Marlène

Max et Marlène pensaient tous les 2, avec beaucoup de chagrin, que si leur relation était la bonne, ils ne devraient pas avoir à y travailler si dur. Leurs amis, voyant combien ils tenaient l’un à l’autre, leur ont recommandé de s’attaquer à ce problème. Mais nos 2 amoureux pensaient que si c’était la bonne relation, ils devraient être capables de comprendre et de respecter leurs besoins mutuels. Ils ont finis par rompre.

Dans l’état d’esprit de développement, il peut y avoir cette passionnante flamme des débuts, mais les gens avec cet état d’esprit ne s’attendent pas à de la magie. Ils pensent qu’une bonne relation est due aux efforts et à l’acceptation des inévitables différences.

 

Des efforts

Mais ceux avec l’état d’esprit fixe ne marchent pas là-dedans.  Vous rappelez-vous l’idée de l’état d’esprit fixe selon laquelle, si vous avez la capacité, vous ne devriez pas à avoir à travailler dur ? C’est la même croyance appliquée aux relations ; si vous êtes compatibles, tout devrait venir naturellement.

Comme le dit John Gottman, un chercheur de premier plan dans le domaine des relations interpersonnelles : « chaque mariage exige des efforts pour être maintenu dans la bonne voie ; il y a une tension constante ».

2. Les problèmes indiquent des défauts de caractère …. Souvent chez l’autre

La 2ème grande difficulté avec l’état d’esprit fixe est la croyance que les problèmes sont le signe de défauts profonds. Quand les gens avec un état d’esprit fixe parlent de leur conflits, ils pointent le coupable. Parfois ils se condamnent eux-mêmes mais souvent ils rejettent la responsabilité sur leur partenaire. Et ils rejettent la responsabilité sur un trait, sur un défaut de caractères.

Si Max et Marlène avaient eu un état d’esprit de développement, ils ne se seraient pas nécessairement confrontés, mais ils se seraient confrontés à la situation. Ils auraient réfléchi à ce qui n’allait pas. Ils auraient peut-être analysé la question avec un conseiller. S’il y avait des problèmes à résoudre, ils auraient au moins eu une chance.

Le truc, c’est de reconnaître les limites de chacun, et de construire quelque chose à partir de là.

Pardonner et passer  à autre chose

Mais attention, la croyance que les partenaires ont le potentiel pour changer ne doit pas être confondue avec la croyance que le partenaire changera effectivement. Le partenaire doit vouloir changer, s’engager dans le changement, et prendre des mesures concrètent vers le changement. Dans une relation, il faut être deux à vouloir changer, mais vous ne pouvez pas changer l’autre.

Il est difficile de pardonner pour des personnes avec l’état d’esprit fixe. C’est en partie parce qu’elles se sentent marquées par un rejet ou une rupture. Mais c’est aussi en partie parce que, si elles pardonnent à leur partenaire, si elles le voient comme quelqu’un de bien, alors elles doivent elles-mêmes endosser plus de responsabilités : si mon partenaire est quelqu’un de bien, alors je dois être quelqu’un de mauvais. Je dois être la personne qui est en tort.

« Selon moi, ce qui compte dans le mariage, c’est d’encourager le développement de ton partenaire et de le faire encourager le tien ».

Parents, enseignants et entraîneurs

Sujet non développé dans cet article …… sorry 🙁

Les croyances

L’état d’esprit de développement est basé sur la croyance dans le changement. Mais le changement n’est pas comme de la chirurgie. Même quand vous changez, les anciennes croyances ne sont pas simplement retirées et remplacées par de meilleures, comme un genou ou une hanche. Les nouvelles croyances prennent plutôt leur place à côté des anciennes et, quand elles gagnent en vigueur, elles vous permettent de penser, de ressentir et d’agir différemment.

Au cours des années 1960, le psychiatre Aaron Beck travaillait avec ses patients, quand il s’est soudain rendu compte que c’étaient leurs croyances qui causaient leurs problèmes.

Ce n’étaient pas des croyances dont les gens étaient habituellement conscients. Pourtant Beck a constaté qu’ils pouvaient apprendre aux gens à y prêter attention et à les entendre. Il a ensuite découvert qu’il pouvait leur apprendre comment travailler et changer ces croyances. C’est comme cela qu’est née la thérapie cognitive, une des thérapies les plus efficaces qui aient jamais été développées.

 

Des croyances extrèmes

En d’autres termes, nos esprits surveillent et interprètent en permanence. C’est comme cela que nous restons sur la bonne voie. Cependant, le processus d’interprétation se passe parfois mal. Certaines personnes donnent des interprétations plus extrêmes aux choses qui arrivent.

Les états d’esprit vont plus loin

Ils encadrent la vigilance qui prend place dans les têtes des gens. Ils guident tout le processus d’interprétation. L’état d’esprit fixe crée un monologue intérieur qui est concentré sur le fait de juger. « Cela signifie que …. ». Quelque chose de bon mène à une très forte étiquette positive, et quelque chose de mauvais mène à une très forte étiquette négative.

Pour les gens avec l’état d’esprit de développement, leur monologue intérieur ne concerne pas le fait d’évaluer de cette façon ce qu’ils valent et ce que les autres valent.

 

Les approches cognitives

En fait la thérapie cognitive apprend essentiellement aux gens à tempérer leurs jugements extrêmes et à les rendre plus raisonnables.

La transformation du monologue intérieur, d’un monologue de jugement à un monologue orienté vers le développement.

Ce n’est pas particulièrement facile de remplacer un état d’esprit fixe par un état d’esprit de développement qui vous dit d’embrasser toutes les choses qui vous ont semblées menaçantes : le défi, la lutte, la critique, les revers.

Rester fidèle à un esprit de développement peut ne pas toujours être facile. Mais le simple fait d’en prendre conscience donne une autre façon d’exister.

Conclusion

Attention, vous pouvez être libéré de la croyance qu’effort élevé signifie basse capacité, mais toujours avoir les autres composantes de l’état d’esprit fixe.

En première conclusion, les états d’esprit sont une composante importante de votre personnalité, mais vous pouvez les changer.

Si vous aimez votre état, gardez-le par tous les moyens. Ce livre montre aux gens simplement qu’ils ont le choix.

 

Laisser un commentaire