Validation du test ennéagramme

Tests of personality - tests de personnalité

Validation du test ennéagramme C5s (Q90) – fred Lacroix (France) – C5s – Sept 2020

Intro

De nombreux tests ennéagramme existe au monde et en France. Si certains (mais très peu) comme le RHETI ont été validés scientifiquement, il n’en existe aucun en langue française, à notre connaissance qui a été validé publiquement et scientifiquement.

Dans la continuité du travail de la charmante Anna (Dr A. Sutton, psychologue et maître de conférence à l’université MMUBS de Manchester, UK) sur l’approche scientifique de l’ennéagramme, nous voulons effectuer la validation du test ennéagramme C5s en 6 étapes. Nous vous présentons les premiers résultats.

Le test a été validé fiable sur une étude de 918 participants. Il montre une puissance discriminante de 78 % ce qui est excellent pour un test psychométrique iodographique comme l’ennéagramme. Néanmoins le test peut être encore optimisé, ce qui sera effectué début 2021 dans une version v.5. réduite à 70 questions.

 

Abstract

Many enneagram tests exist in the world and in France. While some (but very few) such as the RHETI have been scientifically validated, there is none in the French language, to our knowledge, which has been validated publicly and scientifically.

Continuing the work of the lovely Anna (Phd A. Sutton, psychologist and lecturer at MMUBS University in Manchester, UK) on scientific approach of enneagram, we want to validate the C5s Enneagram questionnaire in 6 steps. We present the first results to you.

The test has been validated in term of reliability through a study of 918 participants. It shows a discriminating power of 78% which is excellent for an iodographic psychometric test like the enneagram. However, the test can be further optimized, which will be carried out at the start of 2021 in a version v.5. reduced to 70 questions questionnaire (instead of 90Q).

L'ennéagramme, en quelques mots

Parmi les théories de la personnalité destinées à comprendre, anticiper, gérer et fair évoluer les comportements, on peut citer l’ennéagramme.

L’ennéagramme propose un modèle de la structure de la personnalité à neuf branches. Ainsi ces 9 branches (ou ennéatypes) correspondent à 9 manières de se définir et de donner priorité à une certaine image de soi. « je suis droit et travailleur », « j’aime et j’aide », « je réussis et je suis efficace »….

Chacune de ses dimensions est liée à l’un des trois centres de l’intelligence, les centres instinctif, émotionnel et mental. De même que dans l’analyse transactionnelle ou la méthode Schutz, il existe dans l’ennéagramme une vraie personnalité, dite « essence« . Celle-ci est souvent masqué par l’ego, ou fausse personnalité. Cet ego se manifeste par des compulsions, sortes de mécanismes d’évitement des comportements les plus inacceptables pour chaque type (l’échec, la colère, la banalité…).

L’ennéagramme s’appuie sur une typologie pour bâtir une théorie de la personnalité fondée sur l’idée d’un Moi plus authentique, dont il serait possible de se rapprocher en se libérant de ses défenses inappropriées.

L’objectif est le développement personnel comme source de mieux être dans sa vie ou d’efficacité dans le monde professionnel. Ainsi les 3 étapes sont d’abord de se connaître, ensuite de s’estimer et de s’affirmer dans son authenticité. Enfin la dernière étape est de s’améliorer en développant son potentiel, en gérant ses émotions ou ses relations, en étant plus créatif ….

Etape 1: revue de la recherche sur l'ennéagramme

Cette partie ne sera pas plus développée dans cette page. Le sujet ayant été longuement traité à travers un article que vous pouvez consulter à partir de ce lien.

Etape 2: choix du test et objectifs

Le choix d ‘un test doit s’effectuer en fonction d’un objectif. Notre objectif est de mettre à disposition gratuitement et anonymement un test d’ennéagramme. Ce test doit aider une personne qui ne connaît pas l’ennéagramme à identifier son ennéatype.

Il a été démontré que les tests d’auto-évaluations sont de bons outils pour la psychologie de la personnalité (Ashton M., 2014, Psychologie de la personnalité … p33, p63).

Dans un test, ce n’est pas la machine qui décide à votre place ce que vous êtes. Le questionnaire vous considère comme libre et responsable de vos choix. L’être humain n’est pas une science exacte. Ce questionnaire doit proposer de vous faire réfléchir sur les différentes facettes de vous-même et de discerner la principale. Aussi, il est peu probable que ce questionnaire débouche sur une certitude. Il doit plutôt être considéré comme un support permettant d’éclairer la structure de votre personnalité.

La compréhension des différents ennéatypes à travers la lecture, le coaching ou la rencontre de personnes doit permettre de finaliser l’identification de son ennétaype. En effet sans pratique réflexive, une émotion produit un regard sur le monde. Si je ne suis pas conscient de mes affects, je les projette sur le monde. J’attribue à des causes extérieures ce qui provient de mon état affectif. Non conscient de l’effet que je produis sur moi ou autrui, je vais attribuer mon comportement et celui d’autrui à ma, sa personnalité.

 

Nous sommes tous différents, tout en restant quelque part pareils

Nous avons tous une personnalité, nous observons tous la personnalité des autres. Ainsi nous communiquons tous au sujet de la personnalité et nous prenons tous des décisions basées sur la personnalité. Bref nous faisons tous de la psychologie de la personnalité humaine. La personnalité est donc un sujet qui dépasse la recherche scientifique. Mais cela n’empêche pas que la personnalité peut être étudiée comme une science humaine.

 

Le test C5s

Le test utilisé a été créé par C5s (Cabinet de consulting, coaching et organisme de formation situé à St Priest (69) – tel. 06 86 96 53 22) à partir de tests existants comme le RHETI (v2.5 de Riso et Hudson, 1999), le test de l’ennéagramme envolutif (Vidal J.Ph., 2014) et d’une approche empirique. C5s pratique l’ennéagramme depuis plus de 20 ans. fred Lacroix est praticien Ennéagramme (école de l’ennéagramme envolutif). Le site web grand public (propriété de C5s) https://aprisme.blog est visité par plus de 30.000 visiteurs par an. Il génére 60 000 vues par an.

Le test comporte 90 questions  avec un likert 5 (Pas du tout, Rarement, Neutre, Souvent, Tout à fait).

La philisophie choisie du test est celle de l’ennéagramme envolutif. Elle nous paraît la plus pertinente par rapport à l’objectif dressé. A savoir 10 comportements caractéristiques de chaque ennéatype, présentés de manière linéaire, facilement reconnaissable par une personne avec un minimum de connaissance de l’ennéagramme. L’objectif étant de favoriser l’identification d’un profile tout en répondant aux questions. C’est un biais considéré aidant pour une personne qui, elle, découvre l’ennéagramme pour la première fois et recherche son profil.

Le test est gratuit, anonyme si les gens le souhaitent. Pour des raisons statistiques sexe, âge, pays et la dizaine du département sont requis.

Le questionnaire a été dans un premier temps testé sur 30 personnes connaissant très bien leur ennéatypes. Le scoring non linéaire (propriété de C5s) a été adapté afin d’obtenir une discrimination de chaque ennéatype de 100%. L’étape suivante a été de le tester sur plus de 900 personnes qui à priori ne connaissaient pas leur ennéatype.

Etape 3: pertinence des profiles sur 918 participants

Cette étape de la validation du test ennéagramme C5s doit permettre de démontrer que l’utilisation du questionnaire permet de faire ressortir facilement un ennéatype.

918 personnes, sur la période du 18 mars 2019 au 7 avril 2020, ont effectué le test. Elles ont obtenu leur score sous la forme d’un graphe comme présenté ci-dessous. Chaque personne peut télécharger ses résultats sous forme d’un pdf.

68% des répondants étaient de sexe féminin et l’âge moyen était de 36 ans. L’âge variant de 12 ans (3.3% des répondants étaient mineurs) à 98 ans.

7% des répondants avaient déjà effectué le test et 1.5 % ont effectué le test pour une autre personne. A partir des critères de l’âge et du nom quand il était présent, les résultats en doublon ou douteux ont été exclus de l’analyse. Portant l’analyse à 854 répondants (soit 61 résultats en moins).

 

Sur les 854 résultats, 667 (78%) ont permis de faire ressortir un ennéatype distinctement (supérieur à 4% de variance sur l’ennéatype le plus proche). 

La répartition des ennéatypes est relativement équilibrée comme le montre le graphe suivant. Ce qui est important pour un test de la personnalité. Imaginez que 80% des répondants se retrouve dans un seul profil. Ce n’est pas très discriminatif et utile pour les 80% des personnes. Il est à noter que cette répartition n’est pas représentative d’une population. En effet les participants ont effectué le test d’une manière volontaire. Nous ne pouvons pas exclure qu’un ennétaype donné (ici, par exemple l’ennéatype 2) ne soit pas très partisan de rechercher son type de personnalité sur un site internet.

Résultats indistincts

Néanmoins, pour les 187 personnes sans ennéatype distinct sur la base du test, il est  possible d’aller identifier son ennéatype à partir de la description de chaque ennéatype. (Pour en savoir plus cliquez sur le lien).

  • Effectivement 29 % des résultats indisctincts portaient sur une faible différence entre 2 ennéatypes très proches (on parle d’aile en ennéagramme).
  • D’autre part, 24 % des autres résultats indistincts portaient sur 2 ennéatypes en lien dans l’approche dynamique de l’ennéagramme (intégration et désintégration). Effectivement en phase de stress ou de sérennité, le concept de l’ennéagramme induit un changement des comportements caractéristiques d’un ennéatype.
  • Enfin 25 % des résultats indistincts correspondaient à des ennéatypes connus pour être facilement confondables  sur la base de certains comportements. En l’occurrence il s’agissait des ennéatypes E1-E3-E5 et E8 entre eux (aspect dominant), E4-E7 (créativité), E7-E9 (aspect de vision positive) et E2-E9 (prendre soin des autres).

Néanmoins il faudrait pouvoir être en contact avec ces personnes (78%) pour pouvoir extrapoler les 22% de résultats incertains. Ce que cette étude n’a pas permis.

En conclusion l’objectif de l’étape 3 est validé et satisfaisant avec un taux de discrimination du test ennéagramme C5s de 78%. La répartition entre les 9 ennéatypes est homogène, variant de 5% à 16 %.Validation du test ennéagramme

Etape 4: pertinence des questions sur 427 participants

Le choix des questions pour chaque ennéatype se base sur la description pertinente de chacun des ennéatypes. 

Par exemple la question « la vie est souvent une tragédie. C’est pour cela qui je suis souvent mélancolique » devrait être discriminante pour un type 4. Ce qui est confirmé par notre analyse sur 427 participants. Effectivement le score moyen de l’ennéatype le plus proche est presque de moitié (48.6%). L’écart type est inférieur à 1 (σ=0.96) ce qui indique que les autres types ont des scores relativement proches mais éloignés du type 4. Effectivement le coefficient de variation est de 0.42 (r). Cette question est donc bien discriminante pour un type 4.

Mais certaines questions comme « j’aime ce qui est beau« , tout aussi pertinente pour un type 4 peut néanmoins être sollicitée par les autres ennéatypes. Ce qui est confirmé par notre étude. L’écart moyen avec l’ennéatype le plus proche est seulement de 15%. L’écart type est de 0.88 et le coefiicient de variation est de 0.13. Ce qui est considéré dans le monde psychométrique comme relativement faible, et pas très discriminant.

D’après M. Ashton (Psychologie de la personnalité …, p22), les valeurs (coef. de variation) entre -.2 et 0.2 sont généralement considérées comme petite. Les valeurs entre -0.4 et -0.2, et entre 0.2 et 0.4 sont considérées de taille modérée. Les valeurs dépassant -0.4 et 0.4 sont en général considérées comme grandes.

 

Résultats

Le tableau ci-dessous reprend les scores globaux par ennéatypes. Il confirme une relative bonne discrimination par ennéatype. Avec des ennéatypes plus discriminants que d’autres. Cette analyse confirme les bons résultats de l’étape 3. 

Mais cela indique aussi que le questionnaire peut être amélioré de deux manières différentes et complémentaires.

Effectivement en réduisant le questionnaire à 70 questions au lieu de 90. Si l’on retire les questions les moins discriminantes, nos analyses indiquent que l’écart moyen global peut être amélioré. Il passerait de 31.1 % à 34.6 %.

D’autre part 4 questions peuvent être changées. Cela va nécessiter de reconfirmer que ces nouvelles questions sont bien plus discriminantes. Cela sera effectué à travers une version 5 (v5) de notre questionnaire ennéagramme en début d’année 2021.

Etape 5: Corrélation avec un test reconnu et validé

Cette étape est en cours et va nécessiter plusieurs mois afin d’obtenir un nombre suffisant de participants.

Le test C5s est comparé à un test RHETI.

Validation du test ennéagramme

Etape 6: Corrélation avec un test psychométrique

Cette étape est en cours. Une première analyse devrait être possible avant la fin de l’année.

Le test C5s est corrélé à un test Big 5.

Validation du test ennéagramme

Discussion et objections

2 approches s’opposent ou se complètent dans la psychologie de la personnalité.

  • L’approche idiographique consiste à étudier la personnalité d’une seule personne et de faire ressortir les traits prédominants. C’est cette approche qui est utilisée en clinique par un psychothérapeute par exemple. L’objectif n’est pas de faire ressortir un trait de personnalité (extraverti / introverti) mais de dégager un schéma (in)adapté dans sa globalité.
  • L’approche nomothétique (Big 5, MBTI…) consiste, elle, à étudier certains traits de personnalité dans un grand nombre de personne et d’évaluer les liens entre ces variables. C’est donc une approche statistique qui permet de valider certaines tendances. C’est donc une approche utilisée essentiellement en psychologie sociale et en recherche.

L’ennéagramme se rapproche plus de l’approche idiographique dégageant les traits prédominants d’une seule personne.

Validation du test ennéagramme

1ier critère: un test psychologique doit être utile

C’est aujourd’hui l’approche nomothétique (Big 5, OCEAN, NEO…) qui est la plus utilisée au monde dans le domaine de la recherche. Le modèle des big 5 permet d’isoler 3 125 (Likert 5) sortes de personnes. L‘HEXACO (likert 7) pourrait décrire 118 000 différentes sortes de personnes. Mais son utilisation nécessite un expert et un gros système d’analyse statistique. Ce qui en fait un outil réservé à la science et pas utilisable par un quidam comme vous ou moi.

Les scientifiques ont essayé de simplifier le modèle en 3 ou 6 types de personnalité pour le rendre plus accessible (Asendorpf, 2003). Malheureusement la plupart des gens ont des combinaisons de niveaux de traits de personnalité qui ne correspondent pas à l’un ou l’autre des types de personnalité (Ashton & Lee, 2009; Costa, Herbst, McCrae, Samuels, & Ozer, 2002). L’argument d’utiliser les traits de personnalité, réduits à quelques types de personnalité, pour une approche clinique ou de recrutement (NEO) se confronte donc aux mêmes difficultés que l’approche idiographique comme l’ennéagramme.

En conclusion dans une approche de développement personnel ou thérapeutique clinique, il est plus intéressant pour un thérapeute, un recruteur ou pour soi-même d’utiliser un modèle de personnalité simplifié, facilement compréhensible et utilisable par tout le monde. C’est donc le critère d’utilité qui nous conforte dans le choix du modèle l’ennéagramme et de l’approche iodographique.

2ème critère: Une approche rigoureuse

Le deuxième critère, sur les 3 critères majeurs lors de l’évaluation d’une théorie de la personnalité (Sutton, 2007) est la nécessité d’être scientifiquement rigoureux. Cela signifie une théorie qui fait des prédictions claires et testables. Une théorie scientifiquement rigoureuse ne prétendra pas que les choses compliquées sont simples. Mais elle fera des prédictions claires et vérifiables sur ces choses compliquées. C’est que nous avons essayé de démontrer avec les 6 étapes de la validation du test ennéagramme C5s.

Les limites de l’auto-évaluation

L’exactitude d’une auto-évaluation dépend toutefois de plusieurs conditions. Premièrement; il faut que les gens connaissent assez bien leurs comportements, pensées et ressentis. Deuxièmement, il faut que les gens soient d’accord de partager ces comportements ouvertement.

Une partie de ce qui rend l’ennéagramme si utile dans l’application, est le fait qu’il décrive des processus et des motivations souvent inconscients. Des motivations auxquelles nous n’avons peut-être pas au départ facilement accès. Ceux qui n’ont pas encore reconnu leurs processus subconscients ou leurs modes de fonctionnement par défaut ne pourront tout simplement pas en rendre compte avec précision.

Il faut donc s’attendre à ce que le questionnaire de l’ennéagramme, en général, présentent des fiabilités plus faibles que les questionnaires qui mesure la personnalité explicite. Dans notre étude, sur les 918 participants, 22% n’ont pas pu faire ressortir un ennéatype distinctement. Ce qui est cohérent avec les études scientifiques déjà réalisées (voir la revue de le recherche – étape 2).

Enfin il faut distinguer ce que je suis, ce que je pense être, ce que je souhaite être et ce que les autres voient. Ce que je pense être n’est pas ce que je suis. La conscience n’est pas la connaissance. D’où l’importance de la connaissance de soi via le regard des autres et une connaissance objective de soi via les savoirs. Ce que Carlo Moïso, psychiatre et psychothérapeute italien et grand nom de l’analyse transactionnelle appelle le prince, le crapaud et le masque (attitude sociale). 

En d’autres termes nos réponses peuvent être guidées par ce que nous jugeons corrects, ou ce que nous pensons ou voudrions être. Ceci quelque soit l’approche iodographique ou nomothétique.

La structure dynamique de l’ennéagramme

Une des forces du modèle de l’ennéagramme est d’être dynamique. C’est à dire que vous n’êtes pas enfermé dans une case (une typologie).

Il n’existe pas encore de preuves scientifiques qui permettent de le prouver. Aussi ce qui suit reste des suppositions et est interprétatif.

Néanmoins l’ennéagramme propose une influence d’une ou 2 ailes. Les ailes sont les ennéatypes qui précède et qui suit un ennéatype. Ainsi un type 3 peut être plus proche du 2 et un autre 3 plus proche du 4. On parlera d’aile dominante.

Ceci peut être l’explication pour 29 % des profiles non exploitables (les 187 profiles sans ennéatypes distincts) qui présentent des scores élevés mais proches entre 2 ennéatypes consécutifs.

D’autre part le modèle de l’ennéagramme indique qu’en période de stress ou au contraire de parfaite sérennité (ou maturité) un ennéatype va être influencé par un profile d’ennéatype déterminé. Pour plus d’explication sur ce principe, voir en détail les profiles d’intégration et de désintégration de chaque ennéatype. Dans l’étude 24 % des profiles non exploitables ont un score proche du profile d’intégration ou de désintégration, empêchant l’identification d’un ennéatype donné.

Or chaque praticien ennéagramme sait qu’il peut être trompeur d’identifier un ennéatype si la personne est par exemple en désintégration. On peut facilement considéré que parmi les 918 participants à l’étude un certain % était en phase de désintégration pendant le questionnaire. Mais ceci reste interprétatif et n’est pas prouvé par cette étude.

La satisfaction des participants comme critère d’utilité

Les répondants au test ennéagramme C5s peuvent remplir un questionnaire de satisfaction après avoir pris connaissance de leur scores. Sur une période de 16 mois (avril 2019-sept 2020), 101 personnes ayant effectué le test ennéagramme ont répondu à ce questionnaire.

  • 54 % des répondants ont considérés le résultat comme pertinent ou répondant à leurs attentes.
  • Seules 5 personnes (5%) ne l’ont pas trouvé pertinent
  • Les autres personnes ne se sont pas prononcées sur la pertinence du test, ce qui peut être compréhensible dans une approche de découverte de résultats

Voici les points positifs et les points à améliorer de cette validation du test ennéagramme C5s

Pour illustrer cette satisfaction, nous partageons 2 témoignages qui parlent d’eux-mêmes:

  • « Mes résultats ennéagramme ressemblent bien plus à ma personnalité au point de faire sourire mon fils et mon conjoint, notamment sur les défauts du personnage ;-). »
  •  » J’ai mis rapport succinct. Mais je trouve cela normal au regard du travail déjà fait pour le proposer sur internet en gratuit. merci »

Conclusion de la validation du test ennéagramme C5s

L’Ennéagramme est un excellent outil pour aider les gens à développer leur conscience de soi. Il nous donne un aperçu de notre propre comportement et de nos motivations et de celles des autres. Ainsi il facilite les relations personnelles et professionnelles. Cela nous permet de répondre à l’intention de l’autre personne plutôt que de mal interpréter son comportement. Il se prête ainsi à la consolidation d’équipe et au développement de relations. Les conseils qu’il fournit pour surmonter les préjugés de la personnalité en font partie intégrante.

Les premiers résultats de la validation du test ennéagramme C5s montrent des ennéatypes bien différentiants (918 participants). Le test est fiable mais nous devons être prudents quant à sa validité. Effectivement nous n’avons pas de garantie que ce soit vraiment notre type qui ait été identifié. Néanmoins l’objectif de faire réfléchir sur les différentes facettes de soi-même est atteint.

Ce test est adapté pour les personnes qui ne connaissent pas l’ennéagramme. Sa structure, par ennéatype, influence le répondant à identifier son ennéatype potentiel. Ce qui est bien l’objectif primaire du test. Mais elle conforte la personne connaissant déjà son ennéatype dans le choix de son profile (effet pygmalion).

 

Le Test C5s comme première étape de découverte de l’enneagramme

Nous avons fait le choix arbitraire que le test d’auto-évaluation est la première étape dans la découverte de l’ennéagramme et de sa personnalité. Les étapes suivantes sont la découverte détaillée des différents profiles par la lecture et l’interaction avec un coach ou idéalement d’autres personnes de profiles différents, dans le respect de la tradition orale de l’ennéagramme. 

Une personne, connaissant parfaitement son profile, n’a pas de raison de faire le test ennéagramme C5s. Sauf si elle souhaite challenger sa connaissance de soi, ou l’ennéagramme ou notre choix arbitraire de ce type de test. Dans ce cas elle doit le faire avec un interlocuteur, idéalement un coach ennéagramme, avec son argumentation, au risque autrement d’être cataloguée « hater ». Néanmoins toutes vos remarques sont les bienvenues, et vous pouvez nous contacter à tout  moment.

Validation du test ennéagramme

mindfulness

En savoir plus

 

Notre organisme de formation est datadocké !