Revue de la recherche sur l’ennéagramme

Tests of personality - tests de personnalité

Revue de la recherche sur l’ennéagramme

7 septembre 2020 psychologie 0

recherche sur l’ennéagramme

«Mais est-ce réel? Une revue des recherches sur l’Ennéagramme« 

Traduction synthétique de fred Lacroix de l’article écrit par la psychologue Anna Sutton. « Sutton, Anna (2012) “But is it real?” A review of research on the Enneagram. Enneagram Journal, 5, 5-20″

Anna Sutton est maître de conférences en comportement organisationnel à la Manchester Metropolitan University Business School (Manchester, UK), engagée dans des recherches sur le rôle de la personnalité et de la conscience de soi sur le lieu de travail. Sa passion est d’appliquer la théorie et la recherche psychologiques pour améliorer la vie des gens au travail.

Fred Lacroix est praticien ennéagramme depuis 20 ans, consultant, coach et formateur dans la société C5s (Lyon – France). Ainsi avec une unité de recherche sur l’ennéagramme.

Intro

« L’une des questions qui m’est le plus fréquemment posée par les gens à qui je présente l’Ennéagramme va dans le sens de:  Oui, mais est-ce réel ? Quelles preuves scientifiques existe-t-il ? »

C’est précisément cette question qui  a poussée Anna Sutton à faire ses recherches doctorales il y a quelques années. Elle pouvait voir l’Ennéagramme fonctionner sur elle mais elle voulait savoir s’il pouvait résister à une recherche psychologique rigoureuse. Dans son article, elle a essayé de résumer les recherches publiées sur l’Ennéagramme afin que la prochaine fois que quelqu’un vous pose cette question, vous puissiez répondre en toute confiance:

  «Oui, il y a de bonnes preuves de sa validité, laissez-moi vous en parler…».

  Ainsi elle a fait de la recherche sur l’ennéagramme un axe de ses recherches.

Pourquoi faire de la recherche sur l'Ennéagramme?

Nous avons une compréhension et une description profondes et riches des neuf types de l’ennéagramme. Alors pourquoi faire des recherches?

2 raisons:

Premièrement, il y a malheureusement beaucoup d’outils, notamment pour mieux se connaître (web, livres…).  Etayés d’anecdotes qui sont toutes très bien pour piquer l’intérêt de quelqu’un, mais en tant que praticiens professionnels de l’Ennéagramme, une partie de notre rôle est de démontrer que l’Ennéagramme n’est pas simplement un autre outil, une autre mode. Ce n’est que grâce à des recherches bien construites et rigoureuses que nous pouvons construire cette base de preuves et établir l’Ennéagramme comme un modèle fiable et valide de la personnalité humaine et du développement.

La deuxième raison est de mettre en garde contre le fait que nous ne perdons pas la réalité de l’Ennéagramme dans des interprétations ou des conjectures idiosyncratiques. De nombreuses recherches psychologiques ont démontré que chacun a un filtre et que nous avons tendance à faire en sorte que ce que nous voyons «corresponde» à ce que nous attendons ou voulons. Cela vaut pour toutes les anecdotes qui supportent les outils. Comment savons-nous qu’un comportement est réellement typique d’un ennéatype et pas seulement d’une bizarrerie individuelle? Sans une bonne recherche pour identifier et définir les types, nous sommes ouverts à faire des hypothèses sur les types en fonction de nos propres perceptions uniques.

Qu'est-ce qui fait une «bonne» théorie de la personnalité?

Quel genre de choses devons-nous étudier si nous voulons pouvoir démontrer que l’Ennéagramme est un «vrai» modèle de personnalité? 

Les chercheurs et les théoriciens dans le domaine de la psychologie de la personnalité (Sutton 2007) cherchent à aborder trois critères majeurs lors de l’évaluation des théories de la personnalité.

Le premier est la nécessité pour la théorie de la personnalité d’être scientifiquement rigoureuse. Cela signifie une théorie qui fait des prédictions claires et testables. Une théorie de la gravité qui dit que «parfois les choses tombent sur terre et parfois non» ne serait pas testable. Une théorie scientifiquement rigoureuse ne prétendra pas que les choses compliquées sont simples, mais elle fera des prédictions claires et vérifiables sur ces choses compliquées.

Le deuxième critère utilisé pour juger une théorie de la personnalité est son utilité. Nous n’avons qu’à regarder la prolifération des livres et des cours basés sur l’Ennéagramme pour voir les nombreuses façons dont il est appliqué. La recherche pour prouver l’utilité d’une théorie doit vérifier ces affirmations.

Et enfin, il y a la recherche d’une théorie complète, qui peut englober tout ce que les chercheurs ont découvert jusqu’à présent dans le domaine. C’est le souhait de la psychologie de la personnalité pour une «théorie du tout». Il y a beaucoup de chemin à parcourir car elle doit être capable de décrire comment chacun de nous est similaire et différent.

Une bonne théorie de la personnalité

Une «bonne» théorie de la personnalité est donc une théorie scientifiquement testable, utile et complète. D’après Anna Sutton, l’ennéagramme  répond à ces critères ainsi que, sinon mieux, que tout autre modèle de personnalité qu’elle a rencontré. Cette croyance, cependant, et les explications théoriques de la qualité de l’Ennéagramme ne sont pas suffisantes. Nous avons besoin de recherches pour l’étayer, d’après Anna.

Qu'avons-nous appris jusqu'ici?

La plupart des auteurs de l’Ennéagramme ont eu tendance à se concentrer sur la manière dont l’Ennéagramme peut nous aider à développer plutôt que de mener des recherches pour tester le modèle lui-même. Et bien qu’il y ait eu un certain intérêt pour la publication d’articles théoriques sur l’Ennéagramme, il y a eu moins d’intérêt pour une conduite scientifiquement rigoureuse.

À cela s’ajoute le fait regrettable qu’il existe encore un niveau décevant de préjugés contre l’Ennéagramme de la part de nombreux psychologues *, ce qui pourrait bien limiter la publication de bonnes recherches. Cela signifie qu’il existe un nombre relativement restreint de mémoires de recherche et d’articles évalués par des pairs à examiner. Cependant, ce que nous avons jusqu’à présent constitue un début intéressant et convaincant pour la base de recherche de l’Ennéagramme.

  • Notes du traducteur : cela est d’autant plus vrai en France, un des derniers bastions de la Psychanalyse au monde, avec l’Argentine et le Brésil (Cottraux 2012). Il est à noter néanmoins la récente thèse de Bertrand Faure (L’ennéagramme et son approche caractérielle, 2017).

Publications théoriques

Naranjo (1994) a établi des parallèles avec des modèles tels que les catégories DSM-IV de la maladie mentale. Encore une fois, bien que sa théorie soit détaillée et semble théoriquement valable, elle n’a pas encore été testée. 

De même, Wyman (1998) a présenté un modèle de psychothérapie qui combinait le MBTI et l’Ennéagramme, suggérant que le premier capturait le «cœur de soi» et le second décrivait le système de défense typique d’une personne.

Et Brugha (1998) a inclus l’Ennéagramme dans une proposition de système d’analyse de la prise de décision de développement en gestion.

Des suggestions sur l’amélioration de la spiritualité sur le lieu de travail (Kale et Shrivastava, 2003) ont recommandé l’introduction de l’Ennéagramme aux organisations comme moyen pour les entreprises de créer une entreprise plus harmonieuse et plus rentable.

Dans le domaine des affaires, l’Ennéagramme a été incorporé dans un article théorique dense présentant un nouveau cadre d’acquisition de connaissances et de prise de sens par Cutting et Kouzmin (2004).

Un article sur la segmentation du marché a suggéré d’utiliser la typologie de l’Ennéagramme (Kamineni, 2005) pour créer différentes stratégies de marketing pour chacun des types en tant que consommateurs.

Cependant, tous ces articles se sont concentrés sur des développements ou des applications théoriques. Ainsi bien qu’ils aient indiqué des domaines intéressants pour les travaux futurs, ils n’ont pas mené de recherche pour tester ces suggestions. Ainsi d’où l’intérêt de faire de la recherche sur l’ennéagramme.

Études par questionnaire sur l'ennéagramme

Plusieurs études se sont concentrées sur la construction d’un questionnaire fiable pour identifier les 9 types de personnalité. Plusieurs de ces études par questionnaire ont également eu pour objectif une démonstration de la fiabilité ou de la validité de la théorie de l’Ennéagramme elle-même, plutôt que simplement du questionnaire particulier à l’étude.

Lorsque nous construisons une mesure psychologique, nous avons deux préoccupations principales.

  • La première est que la mesure doit être fiable. Si quelqu’un remplissait le questionnaire à deux occasions différentes, nous nous attendrions à obtenir les mêmes résultats.

  • La deuxième préoccupation est que le questionnaire doit être valide. Il est plus difficile de démontrer la validité des concepts psychologiques que des concepts physiques, mais l’une des façons dont nous pouvons le faire est de démontrer que les types d’Ennéagramme sont différents les uns des autres de manières théoriquement attendues sur d’autres mesures de personnalité déjà établies.
le RHETI

Warling (1995) a fait les premières étapes de la validation de l’indicateur de type Ennéagramme Riso-Hudson (RHETI) lorsqu’elle a collecté des données auprès de 153 étudiants qui ont complété le RHETI et un questionnaire déjà établi, le 16PF de Cattell, qui mesure 16 traits de personnalité différents. Elle a trouvé des corrélations significatives entre les échelles sur le RHETI et des traits comparables sur le 16PF, ainsi qu’un soutien pour les distinctions entre les types d’Ennéagramme.

Dameyer (2001) a mené des recherches plus poussées sur le RHETI et a démontré que la fiabilité test-retest était élevée: 82% de ses 135 répondants ont été identifiés comme étant du même type la deuxième fois qu’ils ont rempli le questionnaire.

La référence, le BIG 5

Ces dernières années, les traits de personnalité des Big Five (Extraversion, Agréabilité, Conscience, Stabilité émotionnelle et Ouverture à l’expérience) sont devenus le moyen standard de saisir les grandes différences entre les personnes dans la littérature de recherche sur la personnalité. Des travaux complémentaires sur le RHETI, avec un échantillon de 287 participants ayant terminé le RHETI et une mesure des Big Five, ont montré que les neuf échelles de type avaient généralement des relations théoriquement prédites avec les Big Five (Newgent et al., 2004). Bien qu’il y ait encore place à l’amélioration dans le RHETI, comme certaines échelles sont moins fiables que d’autres, cela fournit des preuves que les différences entre les types de personnalité de l’Ennéagramme peuvent être démontrées sur la mesure «standard de l’industrie» des traits de personnalité.

Sharp (1994) a mené une étude pour tester trois autres questionnaires de l’Ennéagramme (l’inventaire Wagner, l’inventaire Cohen-Palmer et l’inventaire Zinkle) et les comparer avec l’inventaire des préférences professionnelles de Hollande, sur la base que le type de personnalité aurait une influence sur le type d’environnement de carrière que les gens préfèrent. Il a demandé à 340 personnes de remplir les quatre questionnaires et ses analyses ont fourni la preuve que les questionnaires de l’Ennéagramme avaient une structure valide. Cependant, les résultats ont montré qu’il n’y avait qu’une faible relation entre le type d’Ennéagramme, tel que mesuré par ces questionnaires, et la préférence professionnelle.

En résumé, alors que plusieurs questionnaires sur l’Ennéagramme ont été développés et peuvent montrer des niveaux raisonnables de fiabilité, il est plus difficile de démontrer la validité.

 

Limites des tests avec l’ennéagramme

Utiliser un questionnaire de personnalité comme une mesure du type réel d’Ennéagramme de quelqu’un est, bien sûr, semé d’embûches. Une partie de ce qui rend l’Ennéagramme si utile dans l’application est le fait qu’il décrit des processus et des motivations souvent inconscients auxquels nous n’avons peut-être pas au départ facilement accès. 

Demander aux gens de remplir un questionnaire d’auto-évaluation passera nécessairement à côté de cette compréhension plus profonde. Les questionnaires d’auto-évaluation ne peuvent exploiter que le concept de soi conscient du répondant. Ceux qui n’ont pas encore reconnu leurs processus subconscients ou leurs modes de fonctionnement par défaut ne pourront tout simplement pas en rendre compte avec précision. 

Il faut donc s’attendre à ce que les questionnaires de l’Ennéagramme présentent des fiabilités plus faibles que les questionnaires qui mesurent la personnalité explicite. Anna Sutton suggérerait que l’utilisation de questionnaires d’auto-évaluation sur des personnes qui n’ont jamais rencontré l’Ennéagramme auparavant est peu susceptible de fournir des preuves convaincantes pour le modèle comme un ensemble. C’est un point important de la recherche sur l’ennéagramme.

Un «critère de mesure» fiable

Cela nous amène à un problème constamment récurrent auquel sont confrontés les chercheurs en Ennéagramme: l’absence de norme (mesure de critère) par rapport à laquelle évaluer l’efficacité des questionnaires ou d’autres approches pour déterminer le type.

Gamard (1986) a axé sa recherche doctorale sur ce problème en évaluant le niveau d’accord entre les «juges experts» qui ont regardé des interviews vidéo et ont été invités à typer la personne interrogée. L’accord inter-juges pour l’Ennéagramme était comparable à celui trouvé dans la recherche sur la fiabilité inter-juges dans les catégories DSM-IV (qui sont utilisées pour classer les maladies mentales) (Skodol et al., 2005), indiquant que les juges experts sont capable de porter des jugements cliniquement valables. Cependant, les résultats de Gamard ont également indiqué que les juges étaient plus confiants dans leur évaluation intuitive des participants que ce qui était vraiment justifié, et cela semble une mise en garde lors de l’évaluation des recherches futures.

sous-titre

Comme Thrasher (1994) l’a fait remarquer, la recherche de Gamard a fait appel à des juges experts qui, bien qu’ils connaissent très bien l’Ennéagramme, ne connaissaient pas du tout les participants. Elle a suggéré que les personnes qui connaissaient les participants («proches») pourraient faire de meilleurs juges du type et a demandé à ses participants de désigner un proche significatif, à qui on a ensuite donné une description des neuf types et demandé de typer leur partenaire correspondant.

La prise en compte des résultats de Gamard et de Thrasher semble indiquer que l’optimisation de l’exactitude des jugements d’autrui peut se faire en augmentant la familiarité du juge avec la personne et le système. C’est, bien sûr, ce que font déjà les ateliers sur l’Ennéagramme à plus long terme. Cependant ces ateliers ne sont pas de la recherche sur l’ennéagramme.

Questionnaires versus auto-identification

Notes du traducteur: L’ennéagramme était historiquement de tradition orale. L’identification de son ennéatype se faisait en rencontrant d’autres personnes et en s’identifiant à un groupe typé connu (auto-identification). recherche sur l’ennéagramme.

Le test Essential Ennéagramme, développé par Daniels et Price (2000) est intéressant en ce qu’il utilise une approche plus narrative que le style de questionnaire traditionnel adopté par d’autres. Au lieu de répondre à une série de questions qui sont ensuite notées pour donner un type d’ennéagramme probable, dans ce test, le répondant choisit entre des descriptions de longueur de paragraphe de chaque type.

Ils ont trouvé un degré de concordance statistiquement significatif, avec une précision allant de 37% pour le paragraphe de type 8 à 68% pour le type 9. Bien que cela soit bien au-dessus du hasard (nous nous attendrions seulement à pouvoir obtenir la bonne classification 1 fois sur 9 ou 11% si c’était du pur hasard), ce n’est certainement pas parfait et le test est présenté plus comme une première étape de découverte de soi qu’un moyen définitif d’identifier le type.

Sous-titre

De même, le WEPPS consiste en des items mesurant à la fois les aspects «ingénieux» (positifs ou adaptatifs) et «non ingénieux» (négatifs ou non adaptatifs) de chacun des 9 types (Wagner, 1999). Les propriétés psychométriques du test ont été évaluées sur un large échantillon de 1 429 personnes et ont trouvé un bon niveau de fiabilité, comparable à celui des autres questionnaires de personnalité. Cette étude a permis d’identifier qu’il y avait environ 5% de plus de type 9 que les autres types. D’autre part, il y avait des différences entre les sexes pour certains types: les femmes étaient plus susceptibles que les hommes d’être de type 2, 4 ou 7, tandis que l’inverse était vrai pour les types 3, 5 et 8.

Études utilisant le type d'ennéagramme auto-identifié

La recherche basée sur les questionnaires Ennéagramme constitue la majorité des travaux réalisés jusqu’à présent sur le terrain. Cependant, il existe quelques autres études qui utilisent une mesure de critère fiable impliquant des méthodes plus complexes ou détaillées d’identification du type qui nous fournissent des résultats solides.

La thèse de doctorat de Wagner (1981) et sa publication (1983) en sont un bon exemple et ont été l’une des premières études à s’intéresser à l’établissement de la fiabilité et de la validité de l’ennéagramme en tant que typologie de la personnalité. En cela, 390 participants ont établi leur type d’Ennéagramme lors d’un atelier, puis ont complété les échelles d’inventaire d’auto-évaluation de Millon Illinois et l’indicateur de type Myers-Briggs. En résumé, les décisions concernant le type étaient fondées sur une combinaison de jugements personnels, de pairs et d’experts.

Wagner a pu démontrer deux choses importantes.

  • La première était qu’il y avait des différences statistiquement significatives entre les types sur les échelles de ces différents questionnaires de personnalité, indiquant que l’Ennéagramme capturait des types de personnalité distincts.
  • La deuxième constatation importante était une indication que le type d’Ennéagramme des personnes est resté stable au fil du temps. Le pourcentage de personnes dont le jugement de type initial est resté le même variait de 79% à 100%, selon le type, avec une stabilité moyenne de 85%. Il est intéressant de noter que plus de la moitié de ceux qui ont changé d’avis ont opté pour un type voisin du type original, apportant un certain appui initial au concept des «ailes».

Sous titre

Les recherches de Brown et Bartram (2005) ont utilisé une stratégie de typage robuste similaire à celle de Wagner, établissant le type pour les personnes de leur échantillon au moyen de cours et d’entretiens. Leurs 241 répondants ont rempli l’OPQ (Occupational Personality Questionnaire) et ont trouvé des résultats très encourageants. Premièrement, il y avait des différences significatives entre les neuf types sur les traits Big Five qui étaient en ligne avec les résultats théoriquement attendus et deuxièmement, l’analyse pourrait classer les personnes dans le bon type 75% du temps.

Les propres recherches d’Anna Sutton allaient dans le même sens. Elle a essayé de saisir plus que de simples traits de personnalité en testant les descriptions des types (Sutton et al., 2009). Anna a demandé à plus de 400 personnes qui connaissaient leur type d’Ennéagramme – établi par un cours minimum d’une semaine – de remplir 3 questionnaires de personnalité différents. Ceux-ci étaient: les Big Five, les valeurs personnelles et une mesure des motifs implicites (c’est-à-dire inconscients). Sur un total de 62 hypothèses individuelles, 53 ont été confirmées et une seule a montré le résultat opposé à celui attendu.

Revenant à notre discussion précédente sur ce qui fait une «bonne» théorie de la personnalité, les études ci-dessus fournissent un excellent support pour l’Ennéagramme en termes de sa capacité à faire des prédictions testables.

recherche sur l’ennéagramme.

Points de stress et de sécurité

Outre les descriptions des types de personnalité eux-mêmes, l’une des autres prédictions testables de l’Ennéagramme est l’idée que nous « changeons » de type lorsque nous sommes sous stress ou en période de sécurité. Ces changements sont représentés sur le diagramme de l’Ennéagramme par les flèches. Bien qu’ils puissent être désignés sous des noms différents, tels que l‘intégration / la désintégration (Riso et Hudson, 1999), ces changements sont une partie centrale de la théorie de l’Ennéagramme et quelques études ont tenté de les approfondir.

Thrasher (1994) a abordé cette question dans sa thèse de doctorat en demandant à près de 120 participants qui connaissaient leur type d’Ennéagramme de compléter une mesure d’anxiété pour évaluer le degré de stress ou de sécurité.

Twomey (1995) a également tenté de résoudre ce problème. Elle a demandé à 185 participants de compléter une mesure de la force de l’ego pour représenter à quel point les individus se sentaient «en sécurité» et une mesure de l’anxiété quant à la façon dont ils étaient «stressés», puis a comparé les scores de ces mesures avec leurs scores sur les personnes ingénieuses et non ingénieuses. échelles du WEPSS.

 

Intégration et désintégration

Malheureusement, ces études n’ont pas pu trouvé de soutien pour l’idée que le mouvement le long des flèches dans l’Ennéagramme est une bonne représentation de la façon dont nous changeons sous le stress ou sous la sécurité.

Bien que ces premiers résultats incitent à la prudence dans notre compréhension des changements de stress et de sécurité, ils ne doivent pas être considérés comme une preuve définitive que ces changements ne se produisent pas. Il est probable que le manque de soutien dans ces deux études pourrait être simplement dû à des problèmes méthodologiques. Comme Thrasher (1994) le suggère, les recherches futures dans ce domaine devraient utiliser des études longitudinales et des mesures plus sophistiquées du stress ou de la réalisation de soi.

la recherche sur l’ennéagramme doit être complétée

Applications

L’Ennéagramme est un excellent outil pour aider les gens à développer leur conscience de soi, nous donnant un aperçu de notre propre comportement et de nos motivations et de celles des autres, facilitant les relations personnelles et professionnelles. Cela nous permet de répondre à l’intention de l’autre personne plutôt que de mal interpréter son comportement, et se prête ainsi à la consolidation d’équipe et au développement de relations. Les conseils qu’il fournit pour surmonter les préjugés de la personnalité font partie intégrante de l’ennéagramme, en relâchant les limites de la personnalité. Malgré ce remarquable éventail d’applications potentielles, il existe très peu de recherches pour vérifier si ces promesses peuvent être tenues.

Luckcock (2007), par exemple, recommande une combinaison de l’enquête appréciative et de l’Ennéagramme pour développer la recherche et l’apprentissage des praticiens pour les professionnels de l’éducation.

De plus, Ball (2009) promeut l’utilisation de l’Ennéagramme pour développer des approches de résolution de problèmes en soins infirmiers, en particulier lorsqu’il s’agit de problèmes interprofessionnels.

Sous-titre

En utilisant une approche d’étude de cas, Ormond (2007) a examiné si la formation à l’Ennéagramme pouvait améliorer l’efficacité de l’équipe et les résultats tels que l’intelligence émotionnelle et les compétences interpersonnelles pour une petite équipe de huit personnes. Bien que l’efficacité de l’équipe ait été améliorée, il n’y a pas eu d’effet mesurable sur les autres résultats, bien que cela soit probablement dû à la petite taille de l’échantillon. Les participants ont cependant fait des commentaires sur l’amélioration de la conscience de soi et de la croissance personnelle dans les entretiens, de sorte qu’un échantillon plus large sera peut-être en mesure de capturer ces changements à l’avenir.

Sous titre

Anna Sutton a trouvé des relations claires et théoriquement justifiées entre les types d’Ennéagramme et les attitudes et résultats au travail, comme la satisfaction au travail, l’enthousiasme et même le type de profession (Sutton et al., 2007). De plus, elle a testé les effets d’un atelier d’introduction à l’Ennéagramme de 4 heures sur les attitudes au travail et le développement personnel en demandant à plus de 80 participants de remplir des questionnaires avant et après les ateliers. À l’instar du travail d’Ormond, les mesures qu’elle a utilisées n’ont pas démontré de différence significative dans la conscience de soi, mais les participants ont signalé une variété de résultats positifs, notamment une meilleure compréhension d’eux-mêmes, une plus grande appréciation de la diversité, une meilleure communication avec les collègues et une confiance accrue (Sutton et al., 2011).

Bien que nous fassions nos premiers pas vers la démonstration de l’utilité de l’Ennéagramme dans des situations appliquées, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Mais ceci est valable pour la plupart des outils de développement personnele t professionnel (Brunel 2004).

recherche sur l’ennéagramme

L'Ennéagramme comme théorie de la personnalité

En résumé, les recherches que nous avons jusqu’à présent nous donnent une bonne indication que l’Ennéagramme pourrait remplir les trois critères recherchés par les psychologues de la personnalité: nous pouvons en faire des hypothèses claires et testables, il est pratiquement utile et il est complet. En termes pratiques, voici ce que nous avons appris de la recherche:

Les types de personnalité décrits par l’Ennéagramme peuvent être clairement différenciés les uns des autres.

Les questionnaires de personnalité de l’Ennéagramme comme le RHETI et le WEPSS sont raisonnablement fiables, mais nous devons tout de même être prudents quant à leur validité. Cela signifie que nous obtiendrons probablement les mêmes résultats à différentes occasions, mais rien ne garantit que ce soit vraiment notre type.

Les types sont raisonnablement également répartis dans la population, bien qu’il y ait quelques petites différences.

Les praticiens formés sont assez bons pour taper des personnes lors des entretiens, mais pas aussi bons qu’ils le pensent!

sous-titre

Cela peut sembler évident, mais la meilleure façon de prendre une décision précise sur le type d’une personne est de combiner une bonne connaissance de la personne et une bonne connaissance de l’ennéagramme. L’un ou l’autre ne suffira pas.

Une fois que les gens identifient leur type, il semble être très stable.

Il existe de bonnes preuves que l’apprentissage de l’Ennéagramme a un impact positif sur l’acceptation de soi, le développement personnel et la compréhension des autres.

 

Des bases solides

Les preuves à ce jour sont certainement prometteuses, mais nullement définitives. Il y a beaucoup de choses qui restent sans réponse. Nous n’avons pas encore de recherche claire sur les centres, les ailes ou les sous-types, ou les preuves autour du développement de la personnalité. Nous avons également besoin de recherches supplémentaires pour tester les changements de stress et de sécurité proposés par l’Ennéagramme.

Et les preuves claires des applications de l’Ennéagramme n’en sont encore qu’à leurs balbutiements.

La conviction personnelle est un bon point de départ, mais elle doit être tempérée par une compréhension de ce que nous avons et de ce que nous n’avons pas. Nous avons des raisons d’être prudents dans nos revendications concernant l’Ennéagramme, mais Anna Sutton croit aussi que nous sommes sur des bases solides pour utiliser l’Ennéagramme dans nos propres vies et le présenter aux autres.

recherche sur l’ennéagramme

Résumé des scores de type Ennéagramme sur les Big Five

Trois études ont utilisé les Big Five (Sutton, 2007, Newgent et al., 2004, Brown et Bartram, 2005) pour enquêter sur les types d’Ennéagramme, ce qui signifie que nous pouvons commencer à voir quel profil de trait est typique pour chacun des neuf types.

Les personnes qui obtiennent des notes au sommet ont tendance à être extraverties, sociables et confiantes, tandis que celles qui se situent au bas de l’échelle sont plus réservées, autonomes et privées.

Des scores plus élevés indiquent que les gens sont confiants, altruistes et auront tendance à se rallier à ceux qui les entourent, tandis que les scores inférieurs indiquent que les gens sont plus sceptiques, concentrés sur eux-mêmes et d’esprit fermé.

Ceux qui se situent à l’extrémité supérieure sont plus consciencieux, organisés et disciplinés. Tandis que ceux à l’extrémité inférieure sont susceptibles d’être plus désorganisés et spontanés.

Les scores élevés indiquent que les gens sont en sécurité, calmes et imperturbables. Tandis que les scores inférieurs indiquent que les gens sont excitables, émotionnellement réactifs et alertes.

Les personnes qui obtiennent des notes élevées sur ce trait ont tendance à être curieuses, libérales et à la recherche de nouveautés. Tandis que celles qui se situent à l’extrémité inférieure sont plus pragmatiques et conservatrices.

Le tableau ci-dessous montre le score moyen de chaque type sur chaque trait.

recherche sur l’ennéagramme.

References: recherche sur l'ennéagramme

  • BALL, E. 2009. Do professions have distinct or singular personalities? Using the enneagram to support and facilitate inter-professional nursing. Nurse Education Today, 29, 365-366.
  • BROWN, A. & BARTRAM, D. 2005. Relationships between OPQ and Enneagram Types. London: SHL Group plc.
  • BRUGHA, C. M. 1998. The structure of development decision-making. European Journal of Operational Research, 104, 77-92.
  • CUTTING, B. & KOUZMIN, A. 2004. A synthesis of knowing and governance: making sense of organizational and governance polemics. Corporate Governance, 4, 76-114.
  • DAMEYER, J. J. 2001. Psychometric evaluation of the Riso-Hudson Enneagram Type Indicator. PhD, California Institute of Integral Studies.
  • DANIELS, D. N. & PRICE, V. A. 2000. The Essential Enneagram, San Francisco, HarperCollins.
  • GAMARD, W. S. 1986. Interrater reliability and validity of judgments of enneagram personality types. PhD, California Institute of Integral Studies.
  • KALE, S. H. & SHRIVASTAVA, S. 2003. The enneagram system for enhancing workplace spirituality. The Journal of Management Development, 22, 308-328.
  • KAMINENI, R. 2005. The Next Stage of Psychographic Segmentation: Usage of the Enneagram. Journal of American Academy of Business, Cambridge, 6, 315-320.
  • LUCKCOCK, T. 2007. The soul of teaching and professional learning: An appreciative inquiry into the Enneagram of reflective practice. Educational Action Research, 15, 127-145.
Sous-titre
  • NARANJO, C. 1994. Character and Neurosis: an integrative view, Nevada City, Gateways / IDHHB, Inc.
  • NEWGENT, R. A., PARR, P. E., NEWMAN, I. & HIGGINS, K. K. 2004. The Riso-Hudson Enneagram Type Indicator: Estimates of Reliability and Validity. Measurement and Evaluation in Counseling and Development, 36, 226-237.
  • ORMOND, C. H. 2007. The effects of emotional intelligence and team effectiveness of a newly formed corporate team learning the Enneagram. Dissertation Abstracts International: Section B: The Sciences and Engineering, 68, 2699.
  • RISO, D. R. & HUDSON, R. 1999. The Wisdom of the Enneagram, New York, Bantam Books.
  • SHARP, P. M. 1994. A factor analytic study of three Enneagram personality inventories and the Vocational Preference Inventory. EdD, Texas Tech University.
  • SKODOL, A. E., OLDHAM, J. M., BENDER, D. S., DYCK, I. R., STOUT, R. L., MOREY, L. C., SHEA, M. T., ZANARINI, M. C., SANILSOW, C. A., GRILO, C. M., MCGLASHAN, T. H. & GUNDERSON, J. G. 2005. Dimensional Representations of DSM-IV Personality Disorders: Relationships to Functional Impairment. American Journal of Psychiatry, 162, 1919-1925.
  • SUTTON, A. 2007. Implicit and Explicit Personality in Work Settings: An Application of Enneagram Theory. PhD, University of Leeds.
  • SUTTON, A., WILLIAMS, H. & ALLINSON, C. 2007. Hidden Personality at Work – Predicting occupational outcomes by combining knowledge of employees’ implicit and explicit personality. Division of Occupational Psychology. Bristol: British Psychological Society.
  • SUTTON, A., WILLIAMS, H. & ALLINSON, C. 2009. Capturing patterns of traits using a typology net. British Psychological Society Division of Occupational Psychology Conference.
  • SUTTON, A., WILLIAMS, H. & ALLINSON, C. 2011. Is ignorance bliss? The relationship of self-awareness to job well-being and coping strategies at work. Performance and Reward Conference. Manchester.
Sous-titre
  • THRASHER, P. 1994. The enneagram: Movement between types, an inventory, and a criterion measure. PhD, Loyola University of Chicago.
  • TWOMEY, J. A. 1995. The Enneagram and Jungian archetypal images. PsyD, Chicago School of Professional Psychology.
  • WAGNER, J. 1981. A Descriptive, Reliability and Validity Study of the Enneagram Personality Typology. PhD, Loyola University of Chicago.
  • WAGNER, J. 1983. Reliability and validity study of a Sufi personality typology: The Enneagram. Journal of Clinical Psychology, 39, 712-717.
  • WAGNER, J. P. 1999. Wagner Enneagram Personality Style Scales Manual, Los Angeles, Western Psychological Services.
  • WARLING, D. L. 1995. An examination fo the external validity of the Riso Hudson Enneagram Type Indicator. MSc, University of Guelph.
  • WYMAN, P. 1998. Integrating the MBTI and the Enneagram in Psychotherapy: The Core Self and the Defense System. Journal of Psychological Type, 46, 28-40.
  • WYMAN, P. & MAGIDSON, J. 2008. The effect of the Enneagram on measurement of MBTIReg. extraversion-introversion dimension. Journal of Psychological Type, 68, 1-8.
  • FAURE, B. 2017. L’ennéagramme et son approche caractérielle: Quelles relations avec le modèle psychobiologique de Cloninger. Thèse Doctorante. Université de Limoges.

recherche sur l’ennéagramme

 

Laisser un commentaire