bonheur et mariage – les fausses idées

Tests of personality - tests de personnalité

bonheur et mariage – les fausses idées

17 juillet 2019 psychologie 0

bonheur et mariage: incompatibles ?

Daniel Kahneman (2011-traduit en 2012) est spécialiste de psychologie cognitive et d’économie comportementale, et professeur émérite à l’Université de Princeton. Ses travaux sur le jugement et la prise de décision lui ont valu un prix Nobel en 2002 et connaissent une grande influence dans de nombreux domaines.

Comment pensons-nous ? Qu’est-ce qui guide nos préférences, nos jugements, nos décisions ? Quand faut-il faire confiance à notre intuition ? Ce livre est en grande partie consacré aux défauts de l’intuition. Parmi les nombreux exemples, l’auteur présente une lecture différente de notre vision du bonheur et de l’impact du mariage sur ce bonheur. Notre interprétation biaisée fait du mariage une victime de notre intuition. 

Système 1 et Système 2

Avant d’aborder le sujet du bonheur et du mariage, voici quelques petits rappels sur son approche. C’est une approche qui lui a valu le prix Nobel en 2002.

Daniel Kahneman explique dans son livre « Système 1 et Système 2 » que nous avons 2 vitesses de pensées.

L’un, le système 1 est rapide, intuitif. Il fait la distinction entre les événements normaux et les événements surprenants en une fraction de seconde. Ainsi il engendre immédiatement une idée et il recherche automatiquement une interprétation causale des surprises et des événements.

Il gère les émotions et la mémoire. Mais il n’aime pas les statistiques. C’est notre intuition.

Le système 2 lui est beaucoup plus lent et laborieux que le système 1. Il est qui nous pensons être. La personne rationnelle qui prend ses décisions en conscience. Le système 2 surveille le système 1 et s’efforce autant que possible de garder le contrôle. Il articule les jugements et fait des choix. Mais souvent il approuve ou rationalise les idées et les sentiments engendrés par le système 1. Bien sur il évite bien des pensées idiotes et des impulsions déplacées. Mais ces capacités sont limitées, de même que les connaissances auxquelles il a accès. Il nécessite de l’attention et de la concentration de la part de la personne. Aussi est-il paresseux.

L’auteur démontre dans son livre que notre raisonnement et nos prises de décisions peuvent être affectés par de nombreux biais, quelque soit notre intelligence. Biais que l’on appelle des biais cognitifs. Parce que nos interprétations peuvent être biaisées par notre manière de gérer l’information perçue.

 

Pour en savoir plus sur le système 1 et le système 2

La routine du mariage

Un bon exemple est le niveau de satisfaction des gens avant et après leur mariage.

Le graphique ci-dessous est tiré d’une analyse réalisée par Andrew Clark et al. en Allemagne sur plusieurs années. Les participants ont été interrogés sur leur satisfaction à l’égard de leur existence.

La décision de se marier est le reflet chez beaucoup de gens d’une erreur massive de prévision affective. Le jour du mariage, le jeune couple sait que le taux de divorces est élevé et que l’incidence de déception conjugale est encore plus élevée. Mais il ne croit pas que ces statistiques s’applique à lui.

Effectivement, il est courant d’interpréter ce graphique comme le suivi d’un processus d’adaptation. , En l’occurrence c’est un processus qui voit le bonheur du mariage s’estomper rapidement alors que les expériences se transforment en routine.

L’heuristique du jugement

Toutefois, une autre approche est envisageable, en se focalisant sur l’heuristique (raisonnement simplifié) du jugement.

Il faut alors se demander ce qui se passe dans l’esprit des gens quand on leur demande d’évaluer leur vie. La question «  à quel point êtes-vous satisfait de votre vie dans l’ensemble ? » n’est pas aussi simple à répondre. Comment les participants aux enquêtes parviennent-ils à répondre à de telle question en quelques secondes, comme ils le font tous. 

La majorité ne trouvent pas rapidement de réponse à la question exacte qu’on leur a posé. Et ils se facilitent automatiquement la tâche, inconsciemment, en y substituant la réponse par une autre question. Effectivement quand une question est trop difficile, l’esprit a tendance à substituer la question difficile par une question équivalente plus facile à répondre. Mais cette nouvelle question n’a pas toujours un lien exact avec la question d’origine. Ainsi en fonction de votre humeur du moment, la réponse peut varier.

L’heuristique de l’humeur

Dans une autre célèbre expérience, Norbert Schwartz et al ont invités des sujets dans leur laboratoire afin de remplir un questionnaire sur leur satisfaction à l’égard de leur existence. Mais avant de commencer, il leur a demandé un service, à savoir de photocopier une feuille de papier pour lui. 

La moitié des participants a trouvé une pièce de monnaie sur le photocopieur, laissée par l’expérimentateur. Cet incident heureux, mais mineur, a entraîné une nette amélioration dans l’évaluation par les sujets de leur satisfaction à l’égard de toute leur vie !

Comme le mariage est presque toujours consenti dans les sociétés occidentales, presque tous ceux qui pensent à leur mariage, récent ou prochain, seront heureux à cette idée.

Vivre ensemble

A moins d’avoir des pensées heureuses sur leur mariage tout au long de la journée, ce dernier n’influencera pas directement leur bonheur. Mêmes les jeunes mariés qui ont la chance de jouir d’un état de joyeuse préoccupation à propos de leur amour finiront par redescendre sur terre. En effet leur bien-être « expérimenté » dépendra de nouveau, comme c’est le cas pour nous tous, de l’environnement et des activités du moment présent.

Les personnes en couple passent moins de temps seuls, mais aussi moins de temps avec les amis. Ils passent plus de temps à faire le ménage, à préparer les repas, à s’occuper des enfants. C’est autant d’activités peu populaires.

Le bien-être expérimenté n’est pas affecté par le mariage en lui-même, mais par le bouleversement de certains aspects de sa vie, pour le meilleur , et d’autres pour le pire.

Le tempérament et le bonheur

Une disposition au bien-être (au bonheur) est tout aussi héréditaire que la taille ou l’intelligence, comme le démontrent des études réalisées sur des jumeaux séparés à la naissance. Effectivement les gens qui semblent avoir de la chance ne sont pas nécessairement tous heureux de la même façon.

Se fixer des objectifs smart *

(* smart est l’acronyme de Spécifique – Mesurable – Atteignable – Réaliste – Temporel. Il est utilisé pour rappeler les qualités d’un objectif)

L’effet des revenus sur la satisfaction à l’égard de la vie est plus marqué chez ceux qui classent le fait d’être très à l’aise financièrement comme un objectif essentiel. Le même principe s’applique à d’autres objectifs. Ainsi la recette garantie pour une vie d’adulte insatisfaite consiste à se fixer des objectifs particulièrement difficiles à atteindre.

Les objectifs que se fixent les adolescents influencent ce qui leur arrive. Ce à quoi ils aboutissent et la satisfaction qu’ils en retirent.

Les objectifs que se fixent les gens sont si importants pour ce qu’ils font et ce qu’ils ressentent à ce sujet qu’il est impossible de ne se focaliser que sur le bien-être expérimenté.

Nous ne pouvons pas défendre un concept du bonheur et du bien-être qui ignorerait ce que veulent les gens. bonheur et mariage ….

Quand agit le moi mémoriel

Le bien être expérimenté peut être opposé au bien-être mémoriel. La différence entre ces 2 bien-être peut se comprendre à travers ces 2 questions respectivement. « Votre bien-être dans votre couple actuel ? » et « Votre bien-être dans votre ancien couple ? ».

Mais ici aussi le moi mémoriel a ses biais. Notre tendance à ne pas considérer la durée du bien-être sur une période donnée, et à ne garder en mémoire que les moments intenses (positifs ou négatifs) et comment la relation s’est finie.

Vous pensez à l’échec de votre mariage uniquement du point de vue du moi mémoriel. Un divorce est comme une symphonie se terminant par un son discordant. Le fait qu’il se soit mal terminé ne signifie pas qu’il a entièrement été négatif.

Comme le démontre Daniel Kahneman, dans l‘évaluation intuitive de vies entières comme des brefs épisodes, les pics (les moments intenses) et les fins (happy ou no happy end) ont une importance énorme sur notre niveau de satisfaction globale et sur notre mémoire. Ce n’est pas le cas de la durée.

Conclusion au bonheur et mariage

Nous pouvons déduire, de la rapidité avec laquelle les gens répondent aux questions sur leur vie, et des effets de l’humeur du moment sur leur réponse, qu’ils ne s’engagent pas dans une analyse minutieuse lorsqu’ils évaluent leur existence dans les questionnaires que ce soit sur le bonheur ou pas.

Ces 10 dernières années, la psychologie a beaucoup appris sur le bonheur. A commencer par le fait que le mot « bonheur » n’a pas qu’un seul sens, et qu’il ne devait pas être utilisé comme si tel était le cas. Carol Dweck dans son livre « Changer d’état d’esprit » nous donne quelques solutions.

Achetez le livre

Ou achetez ce livre

Ou ce livre

 

Laisser un commentaire