Votre style de relation de couple

Tests of personality - tests de personnalité

Votre style de relation de couple

3 juin 2019 psychologie 0

Test du style de relation de couple

Partant du RSQ (Relationship Scale Questionnaire)
Modèle d'attachement (Bartholomew 94)

Test du style de relation de couple  

0
Nombre de questions
0
Temps (mns)
Image parrawpixel de Pixabay

La théorie de l'attachement

De nombreuses recherches sur les comportements sociaux de l’adulte montrent qu’il existe un «système d’attachement». Ainsi ce dernier préside aux comportements destinés à s’attirer l’attention, le soutien et la protection d’autres personnes ou à éviter d’être rejetés par eux (Pietromonaco & Feldman Barrett, 2000).

En somme, la théorie de l’attachement (Griffin & Bartholomew, 1994) modélise le besoin universel de l’homme de former des liens affectifs étroits. Elle postule que les individus sont biologiquement prédisposés à développer ces liens.

Si, conséquemment aux réactions de l’autre, l’individu se perçoit lui-même comme digne d’être aimé, adéquat et compétent, son modèle de soi est positif. Si, au contraire, il se perçoit comme indigne d’être aimé, incompétent ou inadéquat, son modèle de soi sera négatif.

 

Des stratégies émotionnelles et comportementales

A l’âge adulte comme dans l’enfance, le système d’attachement de l’individu s’active chaque fois qu’il a besoin du soutien d’autrui. Ainsi, il s’active en réponse aux déclencheurs que sont les situations de perte, de séparation ou de menace pour soi ou pour les figures d’attachement. Enfin il s’active également en cas de conflits, de défis de la vie et de tous les autres événements générateurs d’anxiété ou de doute sur soi (Kobak, Cole, & Ferenz- Gillies, 1993).

Une figure d’attachement à l’âge adulte se caractérise par quelqu’un dont on veut rester proche. En fait, c’est quelqu’un avec qui l’on veut passer du temps, vers qui l’on se tourne en cas de détresse. Mais en outre en cas de déprime, sur qui l’on compte. Finalement qui nous manque quand on en est éloigné.

En bref, les styles d’attachement sont des stratégies émotionnelles et comportementales, pour réguler les affects éprouvés dans les relations proches.

4 styles de relation de couple

C’est pourquoi, en fonction du résultat au test sur ces 2 dimensions, le style d’attachement (ou de relation de couple) de la personne sera classé comme sécure, préoccupé, détaché ou craintif.

Ce qui suggère qu’un modèle négatif de soi est étroitement associé à la peur d’être abandonné. Et qu’un modèle négatif des autres est étroitement associé à un comportement évitant. Les 2 dimensions sont appelées Anxiété et Evitement.

L’anxiété dans le domaine de l’attachement est purement relationnelle. A vrai dire elle désigne une forte aspiration à l’intimité et le désir d’être approuvé par l’autre. Mais en outre elle est associé à la peur d’être rejeté ou abandonné (insécurité dans l’intimité). 

Au contraire, l’évitement désigne un inconfort dans l’intimité qui conduit à éviter celle-ci. De fait, il est doublé de la peur de se sentir dépendant de l’autre et de sentir l’autre dépendant de soi. C’est pourquoi il conduit à valoriser l’indépendance.

 

Les 4 styles

Les individus « sécures »

ont un modèle positif d’eux-mêmes et positif des autres. Ils sont peu anxieux et peu évitants dans les relations de proximité. 

Ils se sentent bien à la fois en situation d’intimité et en situation d’indépendance. Par conséquence, ils cherchent un équilibre entre les deux. Ainsi ils ont généralement une vision optimiste de leurs relations. Ils font état d’une plus grande satisfaction et d’un meilleur ajustement dans leurs relations amoureuses que les individus doté d’un autre style.

Les personnes préoccupées

Elles ont une représentation négative d’elles-mêmes et une vision instable de l’autre. Bien que celle-ci paraisse positive au vu de la sociabilité élevée de ces personnes, la nature humaine leur paraît moins positive qu’aux individus d’un style différent et elles croient moins souvent aux bonnes intentions d’autrui. 

Leur profil affectif est particulier. Non seulement elles rapportent des affects plus intenses et des hauts et des bas dans leurs relations amoureuses. Mais elles sont aussi plus expressives émotionnellement et manifestent davantage d’anxiété et d’impulsivité. Elles recherchent une étroite proximité avec les autres, dont elles attendent une grande réceptivité. Néanmoins elles sont moins satisfaites de leur relation amoureuse que les individus sécures.

Les individus évitants

Ils recherchent moins de relations de proximité que les personnes sécures ou préoccupées, voire même les évitent autant que possible.

Ils sont moins satisfaits dans leurs relations amoureuses et répriment davantage leurs affects négatifs. Bien que leur estime de soi soit aussi élevée que celle des individus sécure, certains théoriciens supposent que cette évaluation positive vient de leur capacité à inhiber ou à dénier leurs sentiments négatifs envers eux-mêmes, plutôt que d’une foi authentique dans leur propre valeur.

Enfin les individus craintifs sont à la fois très anxieux et très évitants.

Ils ont une vision négative d’eux-mêmes et des autres. S’ils se sentent mal à l’aise dans des situations de proximité, ils recherchent quand même, paradoxalement, l’intimité. Comme les individus évitants, ils sont moins satisfaits que les individus sécures ou préoccupés dans leurs relations amoureuses et répriment davantage leurs réactions affectives négatives.

Sources: CORRESPONDANCES ENTRE LE STYLE  D’ATTACHEMENT ET LES SOUVENIRS DEFINISSANT LE SOI DANS UNE POPULATION NON-CLINIQUE. Mémoire de Master en psychologie clinique Mai 2009 Chantal Thévenoz Burnand

Le test de qualité des relations

Le Relationship Scales Questionnaire (RSQ, Questionnaire des échelles de relation) élaboré par Griffin et Bartholomew est un des tests les plus utilisés.

Ainsi l’étude de validation du construit de la version française du RSQ sur un échantillon de sujets adultes confirme les bonnes propriétés psychométriques de l’outil. D’autre part, cet outil facile à administrer et à coter a montré son intérêt dans de nombreuses études dans le domaine de la santé mentale et de l’attachement chez l’adulte.

Source: « La version française du Relationship Scales Questionnaire de Bartholomew (RSQ, Questionnaire des échelles de relation) : étude de validation du construit N. Guédeneya & Al. L’Encéphale (2010) 36, 69—76« 

En effet, nous avons la technologie et le savoir-faire pour vous aider à créer des questionnaires et des enquêtes selon vos besoins.

A cet égard, contactez-nous pour évaluer la gratuité (bénéfices communs) de votre test.

 

Laisser un commentaire