Santé mentale et société … et le couple

Tests of personality - tests de personnalité

Santé mentale et société … et le couple

10 novembre 2017 psychologie 0

Pathogène le couple ?

Le couple – Boris Cyrulnik & Al. – Photo: Dunkerque 2017 –

  1. Pathogène, le couple?
  2. Chronique de violence invisibles
  3. Harcèlement moral

Philippe Brenot:
Avant tout, la notion de couple est une résultante du passage de la société traditionnelle à la société moderne. En effet, celle-ci s’est effectué en Occident autour des années 1970, permettant la constitution de l’unité-couple, autonome de la grande famille qui organisait les générations précédentes (en même temps que l’égalité homme/femme, que l’individualisme ou « cette irrépressible injonction d’être soi », que l’accès à la propriété, que la séparation nette entre fécondité et sexualité).

Le nombre des divorces a été multiplié par 4 en 50 ans (1960-2013) pour atteindre 44% en 2011 (l’adultère étant la 1ère cause: 30 à 43 %).

A cet égard, les conditions nécessaires pour un couple sont un même degré de maturité psychologique et de maturité érotique. Cela implique d’avoir dépassé les conflits infantiles et être suffisamment autonome et construit. D’ou l’importance pour un thérapeute d’être formé à la sexualité et à ses troubles.

Effectivement, dans un couple en conflit, le partenaire fait office de bouc émissaire. A vrai dire, c’est lui qui est seul réceptacle des tensions continues. Nous sommes très certainement les premières générations où, dans les couples de sexe différent, une femme et un homme sont en face l’un de l’autre sans échappatoire facile ou possible. D’où l’affrontement nouveau des codes différents que sont le parler féminin et le parler masculin à l’instar de 2 langues insues (Mars et Vénus).

 

Changement de paradigme:

D’abord ce huis clos nous amène à penser le couple comme une structure pathogène (contraintes pulsionnelles dans un cadre souvent hermétique).

Ainsi en l’absence d’une réflexion sociale pour en fixer les normes, chaque couple est aujourd’hui amené à inventer la forme de son couple.  pour permettre le meilleur équilibre possible en fonction des valeurs personnelles, des choix de vie, des facteurs de la personnalité. En bref, une réinvention du couple est indispensable pour éviter qu’une crise ne débouche sur la séparation.

La violence des mots

Roland Coutanceau: Certains affirment qu’insulter, proférer des menaces, s’attaquer à sa personne, ce n’est jamais qu’utiliser des mots. Mais on peut blesser de façon terriblement efficace le psychisme de quelqu’un avec des mots.

A écouter des femmes battues, « Un coup cela fait mal, mais on s’en remet, ce n’est pas dramatique. Ce qui l’est, c’est à travers des mots et des insultes, la volonté de blesser l’autre au plus profond de ce qu’il est, notamment en public.

Il est utile de distinguer la violence ordinaire de la violence invasive, radicale, physico-psychique, psychologiquement meurtrière, celle qui en une seule phrase peut anéantir, signifiant que l’autre n’a rien à dire, car il n’existe pas. Ce rapport tragique entre 2 êtres semble indiquer que la violence physique n’est peut-être que la partie émergée d’une maltraitance psychique autrement plus dévastatrice.

… sans pour autant laisser de traces visibles.

Parler des femmes battues ne doit pas faire oublier qu’il existe des hommes maltraités. Le phénomène existe bel et bien et n’est pas négligeable. Au Canada, en 1997, sur 22 254 victimes de violences signalées, 12 % était des hommes (88 % des femmes). Il n’est pas question d’être considéré comme un homme battu, c’est à dire faible, fragile et désarmé.

le harcèlement moral

Roland Coutanceau:

Avant tou, cette violence « invisible » doit d’abord être nommée.

A cet égard, voici la définition de la loi sociale:  « un ensemble d’agissements répétés, qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptibles de porter atteinte aux droits du salarié et à sa dignité d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ».

  • Isolement et refus de communication
  • Atteinte aux conditions de travail
  • Attaques personnelles
  • Intimidations
 

Laisser un commentaire