test des schémas de Young

Tests of personality - tests de personnalité

test des schémas de Young

5 juin 2019 psychologie 1

Test des schémas de Young (Young 1990)

Partant de la validation française J. Cottraux et al., L'Encéphale, 1997; XXIII : 200-8

test des schémas de Young (YSQ-s3)

0
Nombre de questions
0
Temps (mns)
Image parGerd Altmann de Pixabay

Les cognitions et les schémas

L’approche cognitive est l’approche actuelle en psychologie.  C’est celle qui a été utilisée par Daniel Kahneman, lauréat du « prix Nobel d’économie » en 2002 pour ses travaux sur la théorie des perspectives, base de la finance comportementale et de ses Golden Boys.

Aujourd’hui le terme cognition est utilisé pour désigner les processus de traitement de l’information. Tels que le raisonnement, la perception, l’apprentissage, la mémorisation, le langage, les besoins et les motivations, l’émotion, les croyances et les valeurs…

Le modèle cognitif de personnalité se centre sur la notion de schéma formalisée par Beck et al. (1979). Il est à noter que Kant a été le premier (1781) à parler des schémas et de la réalité subjective dans la « Critique de la Raison pure ». Pour Beck, il y aurait 3 niveaux cognitifs: les schémas (croyances) de base, les présupposés sous-jacents et les pensées automatiques. Les schémas sont des structures cognitives stockées dans la mémoire à long terme, capable de guider les perceptions et les interprétations. Ces schémas se forment durant l’enfance et s’élaborent au fil des expériences de vie.

En 1990, Young rajoute un 4ième niveau, celui des schémas dysfonctionnels (EMS) qui sont des croyances inconditionnelles sur soi-même et sa relation au monde. Ces croyances ont une valeur prédictive pour la personne.

Les EMS sont rigides, résistants au changement, connectés à des émotions intenses. Les EMS affectent plus particulièrement l’image de soi. Ainsi les individus produisent des comportements d’auto-défense « perpétuels ». Chaque trouble de la personnalité est la résultante d’une combinaison particulière de 2 ou 3 des 18 schémas. Mais tout un chacun utilise des schémas qui peuvent être envahissants dans certaines situations et diminuer notre bien-être.

Les 15 (18) schémas de Young

D’après Young, les schémas qu’il propose sont issus de son expérience clinique, et doivent être considérés dès lors comme spéculatifs. Néanmoins ils sont utilisés par les plus grands psychothérapeutes mondiaux et reconnus par les instances françaises.

Les dimensions postulées par Young sont au nombre de 5, chacune présentant plusieurs sous dimensions. Ci-dessous vous trouverez les 5 dimensions et 19 sous-dimensions.

dont les sous-dimensions sont:

  • dépendance
  • fusionnement
  • vulnérabilité à l’inconnu
  • échec / incompétence

Dont les sous-dimensions sont:

  • déprivation (carence) affective
  • abandon / instabilité
  • méfiance
  • isolement social
  • honte / imperfection
  • Indésirabilité sociale (schéma supplémentaire dans la validation française)
  • punition / culpabilité 
  • exigences / idéaux élevés
  • négativité / pessimisme
  • peur de perdre le contrôle (inhibtion émotionnelle)
  • standards intransigeants
  • droits / limites insuffisantes
  • assujettissement
  • abnégation
  • besoin d’approbation

A l’origine, il s’agissait de 15 sous-dimensions, 15 schémas.

En 2019, 3 autres schémas ont été depuis rajoutés en plus d’une 5ème dimension. Et par définition, la liste ne peut que se rallonger. Dans la validation française un 19ème schéma est présent. Pour en savoir plus sur les 19 schémas, voir notre article sur les biais, les dissonances et les schémas.

Ce modèle est largement utilisé dans les troubles de la personnalité sous le nom de la thérapie des schémas. C’est une approche intégrative, même si elle a une forte parenté avec l’approche cognitive-comportementale. Elle rassemble des éléments issus de différentes écoles (la TCC, la théorie de l’attachement, la Gestalt et la psychanalyse).

Le test des schémas de Young

Ce test des schémas de Young est tiré de « le questionnaire des schémas cognitifs de Young: traduction et validation préliminaire » [L’Encephale, 1997: XXIII: 200-8].

Nous avons choisi d’adapter la validation française de 15 schémas à une version v3 plus complète intégrant les 18 schémas de Young. Afin de tirer avantage des seuils cliniques de la validation française, le score total obtenu en effectuant le test, est basé sur les 15 schémas. Mais les items rajoutés à partir du test de Young (YSQ-s3) permet d’obtenir les 5 domaines et 18 schémas. Un 19ème schéma a été conservé pour garder l’intégrité du questionnaire validé en Français.

Le questionnaire des schémas de Young, dans sa version initiale, semble être une bonne échelle de mesure des troubles de la personnalité, en présentant également l’avantage de se référer implicitement au système catégoriel du DSM III-R (1997). Sa qualité psychométrique pourrait concurrencer ses mérites cliniques.

Le questionnaire est aussi intéressant dans un cadre de développement personnel afin d’identifier des schémas perturbant notre bien-être.

Ci-dessous vous trouverez les analyses statistiques de 1157 répondants au test de la version v2 qui ne comportait que 4 domaines à l’époque.

Répartition des scores au schéma de young parmi 1 157 participants (2019-2021) – étude C5s

Score moyen par domaine

obtenu lors de notre étude

sur 1 157 participants 

entre Avril 2019 et Mars 2021

(Score 225 = 1.83 & score 315 = 2.56)

En effet, nous avons la technologie et le savoir-faire pour vous aider à créer des questionnaires et des enquêtes selon vos besoins.

A cet égard, contactez-nous pour évaluer la gratuité (bénéfices communs) de votre test.

 

Une réponse

  1. […] (En savoir plus sur les schémas et l’ennéagramme ou faire le test des schémas de Young) […]

     

Laisser un commentaire