Ennéagramme

Tests of personality - tests de personnalité

Détermine TON ennéatype

Introduction

Popularisé dans les années 1970 du courant de la psychologie humaniste, l’ennéagramme est une méthode de développement personnel et de management. Cette méthode ne propose pas seulement d’aborder la dimension interpersonnelle, mais vient placer la motivation au premier plan dans la relation. Alors qu’elle est exclue de l’interprétation factorielle ordinaire de la personnalité (les tests psychométriques les plus courants), la motivation est ici la condition sine qua non d’une vision embrassant autant la réalité individuelle que la réalité sociale. Cela donne une typologie dynamique et pas statique. Sa marque de référence est la simplicité et la symétrie, donc facilement abordable et applicable, mais la différentiation interne est complexe et puissante pour ceux qui veulent creuser.

9 manières d’interagir

L’ennéagramme décrit neuf manières différentes d’aborder le monde, et en conséquence neuf manières très différentes d’interagir avec celui-ci. Ennea signifie 9 en grec. Chacun des 9 ennéatypes a ses forces, ses faiblesses. Chacun de nous privilégie certaines informations et en laisse d’autres de côté, d’une manière inconsciente, se limitant à une version de la réalité. Ne dit on pas en PNL que la carte n’est pas le territoire. L’ennéagramme met en lumière ces peurs irrationnelles plus ou moins inconscientes et une « compulsion », une volonté farouche d’éviter à tout prix ce dont on a peur. Cette compulsion va structurer 9 schémas de personnalité et les rapports avec les autres : la manière de se comporter, la manière de communiquer, les attentes, les motivations. Cet outil de développement personnel permet de mieux se connaître et de se libérer de certains automatismes parfois limitants,  et ainsi d’améliorer ses relations interpersonnelles et son Bien Etre.

L’ennéagramme est aujourd’hui une unité d’enseignement (UE) dans le MBA de Standford (1994), un des diplômes commerciaux les plus cotés outre-atlantique, mais aussi dans d’autres universités américaines (Chicago …) et canadiennes, mais aussi à HEC. Sa reconnaissance n’est plus à démontrer.

Sa structure cognitive et émotionnelle peut être un guide utile et performant.

Mots clefs de l’Ennéagramme


Mécanisme de défense et motivations

Ce sont les menaces - réelles ou imaginaires - à l'égard de son "intégrité" qui vont amener l'enfant à fabriquer, progressivement, ce personnage (cet Ego, ce Moi) qu'il sera tenté de prendre pour sa vraie personnalité. La peur est donc le premier facteur générique de notre personnalité. La création d'une identité, conforté par l'entourage (invité ou forcé) est le deuxième facteur générique. Les "récompenses" qu'il reçoit sont tellement gratifiantes pour lui qu'il reproduit et reproduit encore ce qu'on lui présente comme comportement à adopter. Comportement qu'il va maîtriser et dont il sera fier. Nous trouvons ici la genèse des 9 types de personnalité de l'ennéagramme.

fixation et passion de l'enneagramme

Agir ou réagir ?

Pour reprendre Joshua Greene, le cerveau est comme un appareil photo doté de 2 réglages: un mode automatique et inconscient (portrait, paysage ..) ou un mode manuel et conscient. Les réglages automatiques sont très efficaces, mais pas très flexibles. L'inverse étant vrai des réglages manuels. Le mode manuel va être très efficace pour résoudre des situations complexes et inhabituelles. Faut il encore savoir quand passer en mode manuel. Quand agir ou réagir.

Les compulsions / j'évite / je suis fier

Dès que l'on se trouve sous stress léger, nous agissons sous l'emprise de notre compulsion. C'est le moteur de notre Ego (masque social). C'est elle qui mène notre vie. Mais c'est aussi un système de fuite. Par opposition et conséquence, nous développons des qualités correspondantes qui vont former notre fierté (et par excès notre orgueil) et ainsi nos motivations.

Les motivations et les fiertés / j'aime

Malgré (ou grâce) à notre compulsion, nous développons des qualités qui vont être la base de nos motivations. A lutter contre nos peurs, nous excellons dans une direction dont nous allons être même fier. Fierté qui peut devenir notre péché d'orgueil (voir les 7 péchés capitaux ci-dessous). "Je suis un travailleur moi, je suis indispensable, tu as vu mon succès, je suis unique, je sais (moi), je suis loyal, je suis si agréable, je suis fort, je suis quelqu'un de bien et facile".

Les flèches intérieures

Sous stress, nous nous mettons à manifester les comportements négatifs liés au point que désigne la flèche. Le système est donc bien dynamique. Attention, si les comportements sont positifs et adéquats, cela est plutôt un indicateur que la personne devient capable de sortir des ses propres stéréotypes liés à son profil. Le principe des flèches propose une implication, pas une équivalence

Les 3 centres / Les 3 cerveaux

La théorie des 3 centres est une première voie d'accès permettant de définir le type d'une personne. Chaque être humain se caractérise par la façon dont il privilégie l'un des 3 centres (centre privilégié/centre réprimé). En d'autres termes, nous privilégions d'une manière automatique et inconsciente l'un de nos 3 cerveaux: cerveau reptilien (instinctif), cerveau émotionnel et le cerveau rationnel (Neo Cortex) (Mc Lean). Et on sous-utilise un autre centre. On constate que l'énergie de ces centres peut être tournée vers soi-même (intérieur) soit vers les autres ou l'événement (extérieur).

les 9 types brièvement:

L’ennéatype 1:

Le 1 a pour orientation la rigueur personnelle et les idéaux élevés.

Le 1 peut avoir des difficultés à démarrer une action, si cela implique de sa part un choix ou une décision. En effet, sa peur de faire des erreurs lui fait rechercher la meilleure décision, et il a tendance à penser qu’il n’y en a qu’une. Par contre, il a une énorme capacité d’action. Une fois lancé, il travaille beaucoup, avec sérieux et conscience. Le plaisir n’est vraiment possible que si le travail est fait et bien fait. Il cherche la qualité, y compris dans les plus petits détails.

Quand le 1 vit des émotions, il en réprime souvent l’expression qu’il juge peu convenable. Ainsi, il peu paraître froid même s’il est souvent extrêmement sensible.

Les relations du 1

Dans ses relations, le 1 essaye d’être un bon ami, un bon conjoint… Il peut faire beaucoup d’efforts pour cela. Il se blâme de ne pas être suffisamment à la hauteur et a très souvent une petite voix intérieure qui lui reproche ses imperfections. En même temps, il repère ce qui est imparfait chez les autres et a tendance à leur donner de bons conseils pour s’améliorer (« Il faut… », « On doit… »). Il est souvent perçu comme rigide et critique, ce qui le surprend car il est tellement moins exigeant avec les autres qu’il ne l’est avec lui-même. Son honnêteté et son intégrité en font quelqu’un de fiable et de responsable.

Plus il va bien, plus il accepte d’être faillible et que les autres le soient. Tout en gardant sons sens de la morale et du travail.

L’ennéatype 2:

Le 2 cherche à aimer et souvent à aider concrètement les gens autour de lui. Il perçoit intuitivement les qualités, les possibilités et les besoins des autres.

En relation avec les autres, le 2 est séducteur. Il sait bien les écouter et les comprendre. Avec lui, on a l’impression d’être la personne la plus importante du monde. Lui-même ne se découvre que peu. Le 2 vit profondément dans le présent et peut passer très aisément d’une relation à une autre, toute aussi aimante. Bien souvent, il fait se rencontrer des gens qui pourraient s’apporter mutuellement quelque chose.

Les relations du 2

Le 2 affirme que son aide est désintéressée. Cependant, au fond de lui, il aimerait bien que son rôle soit apprécié et surtout reconnu. Parfois, il manipule les autres pour obtenir cette reconnaissance et se met en colère s’il ne l’obtient pas. Le souci de son image fait qu’il veut que son aide soit acceptée, utile et efficace. De nombreux 2 ont du mal à dire « Non. »

Souvent le 2 a du mal à rester inactif, si ce n’est à la rigueur pour récupérer de l’énergie afin de retourner aider. Il prend ses décisions rapidement et sur la base de facteurs humains.

Plus le 2 progresse, plus il est capable d’aider les autres sans en attendre un retour positif en termes d’image.

L’ennéatype 3:

Lorientation du 3 est une formidable capacité à réaliser et à réussir. Il a toujours un objectif en tête et quelque chose à faire. Ambitieux, il veut que ses projets aboutissent et que le succès soit reconnu et lui soit attribué. D’abord, le 3 peut gonfler artificiellement l’ampleur de ses succès. Mais surtout, il s’identifie à ses projets au détriment de son être véritable qu’il connaît mal.

Le 3 est efficace. C’est un bon organisateur. Il décide et agit rapidement, quitte à négliger un peu les détails. Pour lui, la quantité est souvent plus importante que la qualité. Focalisé sur l’aboutissement de la tâche, il est très flexible. Il peut mener plusieurs projets de front.

Les relations du 3

Préférant le centre émotionnel, il est très convaincant et très relationnel (et non pas émotionnel) ; il s’adapte très facilement aux gens qu’il rencontre. Le 3 peut dire ou faire ce qui lui parait nécessaire pour obtenir le résultat qu’il vise. Il cherche à plaire et à séduire. En même temps, il est très compétitif et peut être très dur si les autres entravent sa réussite ou n’y contribuent pas assez.

Pour le 3, le travail est souvent beaucoup plus important que ses autres activités ou que ses relations, intimes ou non. Il peut avoir tendance à choisir ses amis ou son conjoint pour ce qu’ils lui apportent sur le plan social. Toutefois, s’il réussit à s’impliquer, il est vraiment aidant.

Quand il va bien, le 3 découvre qui il est et ce qu’il désire profondément : il cesse d’être opportuniste, pour être authentique, intègre et aimant.

L’ennéatype 4:

Il est sensible et attaché à vivre des émotions intenses et authentiques. Son orientation est la recherche du beau. Il aime être différent et veut éviter la banalité.

Le 4 a tendance à passer d’une émotion à une autre très rapidement. L’émotion la plus fréquente est une sorte de mélancolie à laquelle il trouve une valeur esthétique. Le 4 aimerait faire comprendre ce qu’il ressent, mais il a l’impression que c’est une tâche insurmontable. Il peut avoir une communication hésitante, ou symbolique, ou encore répéter longuement dans sa tête ce qu’il veut dire.

Les relations du 4

Le 4 est perçu par les autres comme ayant du charme, mais beaucoup le trouvent un peu affecté ou hautain. Pourtant, il a une excellente qualité d’écoute. C’est un bon confident plein de compassion. Il accorde énormément d’importance aux relations intimes. Il attend, parfois toute sa vie, l’âme sœur. Avec ses proches, il a tendance à voir ce qui ne va pas quand ils sont là, et ce qui est bien chez eux quand ils sont loin ; ainsi, il peut alternativement les attirer et les repousser.

Le 4 a un imaginaire très riche. Il le trouve plus important que le quotidien dont il supporte mal la banalité. Bien souvent, il agit peu, à moins que le travail à faire utilise son originalité et sa créativité.

Quand le 4 va bien, il devient capable de découvrir ce qu’il y a de beau dans le quotidien et de le faire partager aux autres.

L’ennéatype 5:

L’orientation du 5 est la recherche de la connaissance et la précision. Pour cela, il cherche à absorber le plus d’informations possible et à l’inverse à en donner le moins possible. Le 5 vit détaché du monde extérieur qu’il observe ; il a un besoin vital de moments de retrait et d’une séparation nette des divers contextes de sa vie (travail, amitié…).

Le 5 a le plus souvent de très bonnes capacités d’analyse, de synthèse et de planification. Il veut comprendre les choses. Ainsi il aime bien avoir un sujet de compétence dont il est l’expert et dans lequel il est créatif. Il prend ses décisions sur la base de la logique. Il estime important d’être autonome sur le plan mental.

Les relations du 5

Avec les autres, le 5 est le plus souvent en retrait et ne tient pas trop à être remarqué. Il déteste les bavardages futiles. Le plus souvent, il s’exprime peu et il faut l’interroger avec précision pour obtenir une information. Parfois, il se lance dans de longues conférences très structurées que ses interlocuteurs trouvent un peu ennuyeuses. Quand le 5 vit des émotions (cela lui est plus facile quand il est seul), il ne les comprend guère et elles lui font un peu peur. Il en réprime l’expression. Il valorise le contrôle émotionnel, chez lui et chez les autres. Dans les relations intimes, il exprime sa tendresse de manière non verbale.

Le 5 n’est pas un passionné de l’action sauf parfois quand elle lui permet de satisfaire sa quête intellectuelle. Il réfléchit longuement avant de faire quoi que ce soit. Il préfère qu’une activité soit planifiée et structurée.

Quand il va bien, le 5 prend la mesure exacte de son savoir. Il peut se permettre de diffuser et utiliser ses connaissances.

L’ennéatype 6:

Lorientation du 6 est la loyauté. Il aime être intégré à un cadre stable et bien structuré. Souvent, il s’agit d’un groupe formel ou informel, mais cela peut aussi être une idée, un concept, etc. Pour beaucoup de 6, il s’agit tout simplement de leur famille et/ou de leur entreprise. Avec ce groupe, le 6 est totalement dévoué. Vis-à-vis du danger extérieur, le 6 dispose de deux stratégies : la fuite ou l’attaque. Il y a donc deux façons d’être un 6 : l’un, dit phobique, évite le danger et est plutôt craintif ; l’autre, dit contrephobique, brave le danger et est plutôt agressif. Ce peut être la même personne, à des moments différents ou dans des contextes différents de sa vie. Il manque de confiance en lui.

Le 6 est quelqu’un de souvent indécis et qui cherche des conseils. Il accumule des informations sur tous les aspects d’une situation, les positifs comme les négatifs. A la recherche de la sécurité, il imagine et planifie des solutions à tous les problèmes possibles. Une fois cette phase de réflexion achevée, il peut agir vite et efficacement. Il respecte les procédures existantes.

Les relations du 6

Avec les membres de son groupe, le 6 a un engagement sans faille ; il est impliqué, disponible, responsable et aidant. Le 6 attend d’eux la même loyauté que celle qu’il manifeste à son égard. Il n’envisage les relations, surtout intimes, que comme durables. Avec les autres, le 6 peut être indifférent, voire agressif.

Le 6 a une relation particulière à l’autorité. Il s’y soumet (6 phobique) ou s’y oppose (6 contrephobique). Dans tous les cas, il est important qu’une autorité soit loyale, sinon même le 6 phobique s’y oppose, éventuellement indirectement. Si quelqu’un est victime d’une autorité injuste, le 6 est toujours prêt à le soutenir. Il se veut du côté des faibles et des opprimés, et en est fier.

Quand il va bien le 6 devient autonome et confiant en lui et dans les autres.

L’ennéatype 7:

Le 7 préfère planifier sa vie de manière plaisante. Son orientation est la poursuite de la joie et de l’optimisme. Le 7 cherche alors le plaisir immédiat et à tout prix. Il s’arrange pour avoir en permanence des choix le plus ouverts possible. Ainsi, dès qu’une option devient un tant soit peu déplaisante, il peut l’abandonner pour une autre voie. A l’inverse, si quelque chose lui plaît, il a tendance à en consommer sans modération.

Le 7 a un peu de mal à prendre des décisions, car décider c’est choisir et choisir c’est renoncer. Quand le 7 agit, c’est vite et avec beaucoup d’énergie, du moins tant que l’activité l’intéresse et l’amuse. Dans le cas contraire, il freine et découvre ailleurs des activités plus plaisantes qu’il estime soudain plus prioritaires. Le 7 a d’excellentes capacités de synthèse, de créativité et de planification. Mais réaliser ses plans n’est pas sa principale préoccupation. Il adore mener plusieurs activités de front.

Les relations du 7

Le 7 va au devant des autres et cherche à leur plaire par la gaieté, l’humour et par ses idées et ses plans plaisants. Il peut ainsi paraître chaleureux. Toutefois, il est beaucoup moins impliqué émotionnellement dans la relation qu’il n’y paraît. D’ailleurs, que surviennent des émotions négatives et le 7 a tendance à s’échapper. Cette difficulté à s’impliquer joue aussi dans ses relations intimes ; s’il la surmonte, il est un partenaire loyal.

Le 7 supporte mal les contraintes, les règles et les procédures, sans pour autant s’y opposer ouvertement.

Quand le 7 va bien, il n’a plus besoin de fuir la souffrance et devient capable de l’accepter quand elle est utile et/ou inévitable.

L’ennéatype 8:

Le 8 a une énergie physique considérable. Son orientation est la puissance et le courage. Il considère que la vie est un combat et il se bat pour la justice. Sa compulsion le pousse à éviter toute marque de faiblesse. Il veut contrôler tous les détails du monde qui l’entoure. Dès que quelque chose lui échappe, il en ressent une frustration insupportable à laquelle il réagit par la colère.

Le 8 décide vite et agit de même. C’est une personne déterminée qui fait que les choses arrivent quels que soient les obstacles. Il croit à la nécessité d’un pouvoir fort, et peut et aime l’exercer. Le type 8 sait reconnaître les véritables détenteurs du pouvoir ; il les respecte s’ils sont forts et cherche à les remplacer sinon. Il est celui qui édicte les règles et les transgresse quand elles ne le servent plus.

Assez souvent, le 8 planifie et organise bien. Mais les idées ne l’intéressent que si elles sont au service de l’action. Le 8 parle franchement et sait facilement dire « Non ! » sans chercher à se justifier. Il a beaucoup de force de conviction. Ainsi le 8 est direct. Il a tendance à penser en termes binaires (blanc ou noir, mais pas gris), notamment sur le plan relationnel où il veut et obtient que les gens se positionnent avec ou contre lui. Si on est avec lui, le 8 protège ; sinon, il attaque et/ou se venge.

Les relations du 8

Pour s’engager dans une relation, le 8 a souvent besoin d’une longue phase pendant laquelle il teste la personne concernée pour savoir s’il peut lui faire confiance. S’il réussit à en être convaincu, il baisse la garde. Il devient alors très possessif et protège l’autre comme il se défend lui-même.

Quand le 8 va bien, il admet sa vulnérabilité. Il met alors sa force au service de vraies causes et accepte les autres.

L’ennéatype 9:

Lorientation du 9 est l’acceptation et le soutien. En particulier il recherche la paix et l’harmonie. Ainsi c’est un conciliateur habile. Mais la compulsion  est d’éviter les conflits. Aussi le 9 évite les décisions et les actions qui pourraient provoquer le désaccord de ceux qui auraient préféré qu’il fasse autre chose. Il se réfugie dans la routine et dans des activités secondaires, ou il remet les tâches au lendemain. Néanmoins sa paresse est une paresse de soi. Ne pas se connaître, ne pas être conscient de ses besoins, de ses désirs et de ses qualités, cela permet de ne pas s’imposer et de ne pas provoquer de conflits.

Le 9 a du mal à passer à l’action sans une impulsion extérieure. Cependant, beaucoup de 9 agissent et travaillent beaucoup, afin d’être bien intégré socialement. Pour autant, le 9 ne veut pas affronter les conflits qu’impliquerait la marginalité. Il se montre alors compétent et professionnel, avec malgré tout une difficulté à distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas vraiment. Il sait très bien ce qu’il ne veut pas faire ou vivre. Comme sa compulsion ne lui permet guère de dire « Non ! », il manifeste son opposition par une gigantesque force d’inertie, et il n’y a rien de plus difficile à faire bouger qu’un 9 qui ne le veut pas. Parfois cependant, le 9 réagit par une violente et brève colère qui l’effraye presque autant que son entourage.

Les relations du 9

Le 9 est un compagnon agréable qui comprend les autres et les accepte sans les juger. Il sait bien écouter, est confortable et apaisant. C’est un médiateur né, tant que les conflits ne sont pas trop violents ou ne s’éternisent pas. En d’autres termes, il attache énormément d’importance aux relations intimes. Il est alors très fusionnel, peu exigeant et connaît l’autre mieux qu’il ne se connaît. Les désirs de l’autre le poussent à l’action.

Le 9 réfléchit longtemps avant de prendre une décision. Il écoute toutes les opinions des gens concernés.

Quand il va bien, le 9 se découvre lui-même. Toujours aussi tolérant, il prend le risque d’utiliser sa force et se lance dans l’activité.

Ennéagramme et Analyse Transactionnelle (AT):

Chacun d’entre nous a tendance à donner dans sa vie la priorité à une certaine image de soi (je suis optimiste, je suis fort, je suis différent…). L’ennéagramme en a déterminé neuf principales, qui donnent une description très précise de la psyché. Vous remarquerez la similitude avec les drivers de l’Analyse Transactionnelle: Sois fort, sois parfait, dépêche-toi, fais plaisir et fais des efforts. Pour chaque ennéatype, il y a 1 ou 2 drivers de l’AT.

Ennéagramme et DSM:

(tiré du travail de Claudio Narenjo) – mécanismes de défenses

E9 névroses

René de Lassus diffère (ou complète) cette approche: type2 (incluant la dépendance), type 3 (mythomanie), type 5 (incluant l’Evitant), type 9 (passif agressif, obsessionnel, ambivalent)


Passions et les 7 (8) péchés capitaux:

7 péchés


Pour se former, 3 écoles françaises:

L’Ennéagramme Envolutif de Jean Philippe Vidal – Montpellier

L’institut français de l’Ennéagramme de Fabien et Patricia Chabreuil – Paris

Centre d’étude de l’Ennéagramme d’Eric Salmon – tradition orale (Helen Palmer) – Paris