QR, le quotient rationnel

QR, le quotient rationnel

9 avril 2020 psychologie 1

Le QR, le quotient rationnel (éditions du MIT)

Keith E. Stanovich & al. (toward a test of rational thinking) – 2015

Pourquoi sommes-nous surpris quand des gens intelligents agissent bêtement? Pourtant les gens intelligents font des choses stupides tout le temps. Les erreurs de jugement et les mauvaises décisions de banquiers hautement qualifiés, par exemple, nous ont amenés à la crise financière de 2008. Ainsi les gens intelligents font des bêtises parce que l’intelligence n’est pas la même chose que la capacité de pensée rationnelle.

Le quotient de rationalité explique que ces 2 traits (intelligence et pensée rationnelle), souvent et incorrectement considérés comme un seul, se réfèrent à différentes fonctions cognitives. Le test de QI standard ne mesure aucune des grandes composantes de la rationalité (réponse adaptative, bon jugement et bonne prise de décision).

Néanmoins la pensée rationnelle, comme l’intelligence, est une compétence cognitive mesurable.

Capacités cognitives (Structure tripartite)

Fondements théoriques

La rationalité est un concept plus global que l’intelligence

La théorie de l’intelligence (Cattell 1963, 1998) présente 2 facteurs dominants. 

L’intelligence fluide (Gf) reflète les capacités de raisonnement opérant dans divers domaines – y compris le nouveau. Elle est mesurée par des tests de pensée abstraite tels que des analogies figuratives. 

L’intelligence cristallisée (Gc) reflète des mesures de connaissance déclaratives. Elle est mesuré par des tâches de vocabulaire, la compréhension verbale et des mesures de connaissances générales.

Ainsi l’intelligence en tant que processus et l’intelligence en tant que connaissance sont deux aspects de l’intelligence (Les 2 correspondent au Mindware). Cependant, ce modèle, comme de nombreux, ignore un niveau critique d’analyse cognitive qui est important pour la rationalité.

Première étape: la théorie du double processus.

Système 1 / Système 2 (Kahneman  2011)

La particularité du Système 1 est son autonomie. Le Système 1 s’exécute automatiquement lorsqu’il rencontre ses stimuli de déclenchement. Cette exécution ne dépend pas de l’entrée de systèmes de contrôle de haut niveau. Il a tendance à être rapide et associatif. Il comprend une régulation émotionnelle, des modules encapsulés pour résoudre des problèmes d’adaptation spécifiques. Le traitement de type 1 englobe également l’apprentissage et les conditionnements implicites inconscients.

Contrairement au traitement de type 1, le traitement de type 2 est relativement lent et coûteux en calcul. L’une des fonctions les plus critiques du traitement de type 2 est de remplacer le traitement de type 1. Cela est parfois nécessaire car le traitement autonome a des qualités heuristiques.

Heuristique et biais (point 1/2)

Le terme «biais» fait référence aux erreurs systématiques que les gens font dans le choix des actions et dans l’estimation des probabilités, puis le terme «heuristique» fait référence aux raisons pour lesquelles les gens font souvent ces erreurs – parce qu’ils utilisent des raccourcis mentaux (heuristiques) pour résoudre de nombreux problèmes.

L’heuristique de traitement de type 1 dépend des environnements bénins pour fournir des indices évidents qui provoquent des comportements adaptatifs. Dans les environnements hostiles, le recours à l’heuristique peut être coûteux.

Les tests d’intelligence (QI) ne se concentrent pas sur le traitement autonome de type 1 du cerveau. Pourtant ce dernier processus est le plus utilisé dans la vie quotidienne.

Modèles temporaires

Une fois qu’un conflit entre la réponse normative et la réponse déclenchée par le système 1 a été détecté, le Système 2 doit afficher des capacités adéquates pour prendre le contrôle afin de remplacer le traitement de type 1. 

L’une de ces capacités est la capacité d’interrompre le traitement de type 1 (mécanismes inhibiteurs). Mais supprimer une réponse n’est utile que s’il existe une meilleure réponse pour la remplacer. Les meilleures réponses proviennent de processus de raisonnement hypothétique et de simulation cognitive qui sont un aspect unique du traitement de type 2. 

Lorsque nous raisonnons hypothétiquement, nous créons des modèles temporaires du monde et testons l’action. Il faut alors pouvoir empêcher que nos représentations du monde réel ne se confondent avec des représentations de situations imaginaires.

Figure2.1 Un modèle préliminaire du processus dual

Vers un modèle tripartite

Une simple tâche de prononciation des lettres peut impliquer:

  • de coder la lettre, 
  • puis de la stocker dans la mémoire à court terme, 
  • et enfin de la comparer avec les informations stockées dans la mémoire à long terme
  •  et, si une correspondance se produit, de prendre une décision 
  • puis d’exécuter une réponse motrice. 

Nous qualifierons ce niveau d’analyse de «niveau algorithmique».

Mais si nous nous tournons vers une analyse des objectifs, des désirs et des croyances pour comprendre une situation, nous ferons référence à «l’esprit réflectif». En d’autres termes la réflexion ou la disposition pour penser.

Figure2.2 Structure tripartite de l’esprit

 

La figure 2.2 identifie la variation de l’intelligence fluide (Gf) avec des différences individuelles dans l’efficacité du traitement de l’esprit algorithmique.

Capacité cognitive et dispositions pour la pensée

Les différences entre les deux esprits sont capturées dans une autre distinction bien établie dans la mesure des différences individuelles. c’est la distinction entre la capacité cognitive et les dispositions pour la pensée. Les dispositions de pensée concernent les objectifs et la hiérarchie des objectifs (besoin de cognition, prise en compte des conséquences futures, besoin de clôture, dogmatisme…).

Les capacités cognitives évaluées par les tests d’intelligence ne sont pas de ce type. Il ne s’agit pas d’objectifs personnels de haut niveau et de leur réglementation, ni de la tendance à changer les croyances face à des preuves contraires ou de la façon dont l’acquisition des connaissances est réglementée en interne lorsqu’elle n’est pas dirigée de l’extérieur. 

Les mesures réelles de l’intelligence utilisée n’évaluent que la capacité cognitive au niveau algorithmique.

La figure 2.2 identifie la variation de l’intelligence fluide (Gf) avec des différences individuelles dans l’efficacité du traitement de l’esprit algorithmique. Pour le dire simplement, le concept de rationalité englobe 2 choses (dispositions de pensée et capacité de niveau algorithmique). 

La pensée rationnelle dépend de nos dispositions de pensée ainsi que de notre efficacité algorithmique. Les tests de QI impliquent certainement uniquement le système 2, mais en plus ils forcent son utilisation.

Divergence

Ainsi, tant que la variation des dispositions de la pensée n’est pas parfaitement corrélée avec la variation de l’intelligence fluide, il existe une possibilité statistique que la rationalité et l’intelligence divergent. En fait, des preuves empiriques substantielles indiquent que les différences individuelles dans les dispositions de pensée et l’intelligence sont loin d’être parfaitement corrélées.

Par exemple, on ne maximise pas la dimension délibérative car une telle personne pourrait se perdre dans une réflexion interminable et ne jamais prendre de décision.

Figure2.3 Modèle plus complet de la structure tripartite de l’esprit

 

Un traitement de type 2 en cognition associative sérielle n’implique pas de simulation cognitive pleinement explicite.

Limite des processus de type 1

Rappelons que la catégorie des processus de type 1 est composée de:

  1. Réponses affectives
  2. Les réponses apprises précédemment qui ont été pratiquées à l’automaticité
  3. Réponses conditionnées
  4. Modules adaptatifs qui ont été façonnés par notre histoire évolutive

Celle-ci couvre en effet de nombreuses situations, mais la vie moderne crée encore de nombreux problèmes pour lesquels aucun de ces mécanismes n’est adapté.

La tâche de sélection de quatre cartes du Wason (1966) en est un bon exemple où système 1 et 2 sont mis à défaut.

«Considérez 4 cartes posées sur une table. Chacune des cartes a une lettre d’un côté et un chiffre de l’autre. Voici une règle: si une carte a une voyelle sur son côté lettre, alors elle a un nombre pair sur son côté numérique. 2 des cartes sont côté lettre vers le haut et 2 sont côté chiffre vers le haut. Votre tâche consiste à identifier quelle(s) carte(s) doivent être retournées afin de savoir si la règle est vraie ou fausse. Les 4 cartes présentent les caractères affichés K, A, 8 et 5.

La bonne réponse est A et 5, les 2 seules cartes pouvant montrer que la règle est fausse. Cependant, la majorité des sujets répondent incorrectement A et 8, montrant un soi-disant biais de correspondance. »

Dans cet exemple, les sujets se sont souvent appuyés sur la cognition associative sérielle plutôt que sur la simulation exhaustive d’un monde alternatif. Un monde qui comprend des situations dans lesquelles la règle est fausse.

Avarice cognitive

Les gens sont des avares cognitifs parce que leur tendance fondamentale est de recourir par défaut aux mécanismes de traitement à faible coût de calcul.

La théorie des deux processus (Système 1 / Système 2) n’a jusqu’ici mis en évidence que la règle 1 de l’avare cognitif.  Par défaut, c’est le système 1 qui gère l’analyse. Mais le passage par défaut au traitement de type 1 n’est pas toujours possible, en particulier dans de nouvelles situations. Des procédures de traitement de type 2 seront nécessaires dans de tels cas. 

Mais une avarice cognitive peut se mettre en place aussi au niveau du système 2. Lorsque le traitement de type 2 est nécessaire, un bon exemple est le passage par défaut à une cognition associative sérielle avec un biais focal (simulation cognitive non complètement découplée).

Ainsi la fig 2.3 présente une troisième fonction de l’esprit réflectif (flèche F de la figure 2.3), initiant une interruption de la cognition associative sérielle, et une simulation non polluée (découplée).

Surmonter l’avarice cognitive (détection, interruption et mindware*)

[* mindware : les connaissances et procédures mentales qu’une personne utilise pour résoudre des problèmes ou prendre des décisions]

Les tâches heuristiques et les biais ont été conçus pour le cerveau humain, mais pas pour le cerveau animal. Effectivement cela nécessite des cerveaux qui pourraient au moins potentiellement connaître un conflit conscient (détection). Les capacités de traitement de type 2 permettent une critique cognitive de nos croyances et de nos désirs.

La puissance de calcul disponible pour soutenir la simulation en série est indexée par l’intelligence fluide, tandis que la puissance des outils culturels (connaissances) utilisés lors de la simulation en série est en partie indexée par les différences d’intelligence cristallisée.

Ne vous méprenez pas. Nous ne voulons pas dire que la rationalité ne peut pas être évaluée chez les animaux non humains.

Heuristique et biais (point 2/2)

Dans les tâches heuristiques et les biais, le sujet doit détecter l’insuffisance de la réponse de type 1, afin de demander et d’utiliser le traitement de type 2 à la fois pour supprimer la réponse de type 1 et pour simuler une meilleure alternative.

En fait, les 3 caractéristiques mentales interconnectées requises pour une pensée rationnelle sont:

  1. La nécessité de remplacer le traitement de type 1 doit être détectée. Le sujet doit être capable de détecter un conflit entre sa réponse intuitive à un problème et la réponse dictée par les règles normatives apprises.
  2. Le mindware qui permet le calcul de réponses plus rationnelles doit être disponible et accessible pendant les activités de simulation
  3. Troisièmement, une capacité cognitive au niveau algorithmique est nécessaire pour que les activités d’interruption (inhibition) et de simulation puissent être maintenues.

Taxonomie des erreurs de pensée

Lorsque nous abordons un problème, notre cerveau dispose de divers mécanismes de calcul pour faire face à la situation. Certains mécanismes ont une grande puissance de calcul (ils peuvent résoudre un grand nombre de nouveaux problèmes). Cependant, ces mécanismes prennent beaucoup d’attention, ont tendance à être lents et à interférer avec d’autres pensées.

Les humains sont des avares cognitifs parce que leur tendance fondamentale est de recourir par défaut aux mécanismes de traitement à faible coût de calcul.

5 types d’erreur de raisonnement

[* mindware : les connaissances et procédures mentales qu’une personne utilise pour résoudre des problèmes ou prendre des décisions]

 

    1. La nécessité d’une interruption (inhibition) n’est pas détectée (aucun traitement de type 2 n’est effectué du tout).
    2. Le sujet tente de remplacer le traitement de type 1 mais échoue. Les psychologues et les économistes appellent souvent ces situations le reflet de problèmes de maîtrise de soi. Mais cela comprend plus que la volonté et la maîtrise de soi. Par exemple, le problème de conjonction de Linda (Kahneman 1983) est le conflit à double process (Système 1 / 2) par excellence.
    3. Le 3ème type d’avarice cognitive représente une tendance à la sur-économie pendant le traitement de type 2
    4. Le 4ème type représente une réponse avec l’intuition générée par le système 1.
    5. La dernière catégorie est le mindware contaminé. En bref, un sujet peut contenir de nombreux modules spécifiques contenant de la « désinformation » (information inadaptée) qui rendraient son comportement moins rationnel.

Quelques exemples d’avarice cognitive:

  • Une batte et une balle coûtent 1,10 € au total. La batte coûte 1 € de plus que la balle. Combien coûte la balle?

En répondant à ce problème, beaucoup de gens donnent la première réponse qui leur vient à l’esprit – 10 cents. Dans ce cas, la batte devrait alors coûter 1,10 € avec un coût total de 1,20 €. Les personnes ne considèrent certainement pas explicitement 5 cents comme une alternative.

Un autre paradigme commun utilisé pour évaluer le biais de croyance dans le raisonnement de syllogisme.

  • Toutes les fleurs ont des pétales
  • Toutes les roses ont des pétales
  • Par conséquent, toutes les roses sont des fleurs.

 

La phrase utilisée comme conclusion est valable, mais le syllogisme reste néanmoins invalide. La difficulté de traitement de l’information décrite ici représente un cas classique d’échec d’inhibition (interruption).

«Toutes les fleurs» n’exclut pas d’autres groupes avec des pétales.

Les effets de cadrage représentent l’exemple classique de la cognition d’association en série. Les gens réagissent différemment selon les différentes formulations d’un problème équivalent. Prenons, par exemple, le fait que de nombreuses personnes sont prêtes à payer plus pour un hamburger avec de la viande présentée comme étant à 94% sans matières grasses qu’elles n’auraient été disposées à payer pour la même viande décrite comme contenant 6% de matières grasses. Pourtant ce sont bien les 2 mêmes viandes.

Cadre de classification des types de tâches de réflexion rationnelle

  • Raisonnement probabiliste et statistique (raisonnement Bayésien, négligence du taux de base, erreur de conjonction, l’illusion du joueur, défaut d’utilisation des informations sur la taille de l’échantillon, appariement des probabilités).
  • Raisonnement scientifique (comment la science converge vers une explication, test d’hypothèse et réfutabilité, paradigmes de détection de covariance)
  • Le traitement pauvre en information (raisonnement disjonctif, biais de rapport, syllogisme, intuition)
  • Effet de contexte non pertinent dans la prise de décision (effet de cadrage, effet d’ancrage, anomalies de préférence)
  • Biais Personnel (évaluation des arguments)
  • Actualisation temporelle rationnelle
  • Confiance excessive (étalonnage des connaissances)
  • Probabilité numérique, littérature financière, sensibilité à la valeur attendue et connaissance des risques
  • Mindware contaminé (Pensée superstitieuse, Attitude antiscience, Croyances de complot, Croyances personnelles dysfonctionnelles)
  • Dispositions de pensée (Pensée ouverte « open mind », Délibérative, Orientée au future, différenciation des émotions)

Dispositions de pensées et des attitudes de rationalité: échelles de mesure

 

La vitesse de perception, la précision de la discrimination, la capacité de la mémoire de travail et l’efficacité de la récupération des informations stockées dans la mémoire à long terme sont des exemples de capacités cognitives.

Les dispositions de pensée, en revanche, sont mieux considérées comme un style cognitif. La réflectivité et la flexibilité des croyances ne sont de «bons» styles cognitifs que dans la mesure où la plupart des gens sont trop faibles dans les deux dimensions.

  • L’esprit ouvert (open mind) présente des similitudes avec des mesures telles que le besoin de clôture (Kruglanski 1996), l’échelle du dogmatisme (Rokeach, 1960), la croyance en la connaissance simple (Schommer 1990).
  • La pensée délibérative correspond aux échelles de besoin de cognition et aux mesures d’engagement intellectuel typiques (Goff 1992).

 

Exemples de mesure de dispositions de pensée (Faire les tests):

Conclusion

S’appuyant sur des travaux théoriques et des recherches empiriques des deux dernières décennies, les auteurs présentent le premier prototype pour une évaluation de la pensée rationnelle analogue au test de QI. Ils l’ont appelé CART (Comprehensive Assessment of Rational thinking).

Le CART contient de nombreuses mesures supplémentaires de la pensée rationnelle par rapport à 2 autres échelles de mesures de la pensée rationnelle: (A-DMC – Parker 2005, HCTA – Halpern 2008).

Il a été méticuleusement testé avec plus de 4 000 participants. Le résultat est le premier véritable «gold standard» de la pensée rationnelle même si certains sous-tests CART dépendent du contexte culturel euro-américain.

Les sujets ont parfois mis jusqu’à 3 heures pour compléter la forme complète (20 sous-tests contre les 11 sous-tests de la forme courte). La forme courte nécessite néanmoins au moins 2 heures.

Malheureusement, le test du QR est sous copyright et nous ne pouvons pas le diffuser.

 

La modernité requiert de plus en plus des compétences de jugement et de prise de décision

En construisant un dispositif d’évaluation formel, le QR mesure les compétences que les tests de QI ont largement ignorées. Le QR exploite explicitement les connaissances liées à l’action rationnelle et à la croyance, et exploite l’esprit réflexif qu’un test de QI ne fait pas ou peu.

Il est vrai que les problèmes d’heuristique et de biais semblent plus hostiles qu’un problème de test de QI typique. Les tests de QI évaluent la puissance algorithmique de l’esprit dans des environnements bénins. Mais les tests de QI ne saisissent pas ces aspects hostiles de l’environnement cognitif de la modernité. Ce que fait le QR.

Le système 1 nous donne souvent une première approximation utile de la réponse optimale dans une situation donnée, et il le fait sans stresser la capacité cognitive. Mais la modernité nécessite de plus en plus une décontextualisation qui n’est pas la force du Système 1

Les compétences de jugement et de prise de décision sont des compétences cognitives qui sont le fondement de la pensée et de l’action rationnelles, et elles sont absentes des tests d’intelligence (QI,…).

 

Une réponse

  1. […] Approfondir le sujet test QR; no access copyright material […]

     

Laisser un commentaire